,

À Washington, des robots de Starship Technologies vous livrent vos plats à emporter

Le robot Wolt sillonne les rues d’Estonie pour livrer des repas. Il est capable d’éviter les passants, d’attendre que le « bonhomme passe au vert » et de réclamer de l’aide lorsqu’il en a besoin !

Wolt (Starship Technologies)

Haut d’un demi-mètre, le robot Wolt (Starship Technologies), sorte de caddy noir et blanc avance tout seul sur un trottoir enneigé de Tallinn, la capitale estonienne, évite les passants et s’arrête, bon citoyen, au feu rouge avant de franchir un carrefour.

Sur ses six roues, l’engin a pour mission d’apporter son déjeuner à un client. Il franchit la rue quand le feu piéton passe au vert, mais, comme il n’a pas de bras, il est incapable d’appuyer lui-même sur le bouton pour obtenir le passage. Les inventeurs de Starship Technologies ont appris à leurs engins à éviter les feux commandés par des boutons et les équipent maintenant avec des micros et des haut-parleurs pour qu’ils communiquent avec les passants afin de réclamer une aide.

« Nous aurons des phrases toutes prêtes (…) comme « Pourriez-vous appuyer sur le bouton des feux tricolores ? », explique à l’AFP Mikk Märtmaa, 26 ans, chef du programme de tests de Starship en Estonie. Cependant, outre le déplacement dans les rues, le petit robot est confronté à d’autres problèmes au quotidien. Par exemple, s’il monte sans problème sur les seuils devant les immeubles, il n’est toujours pas capable d’appuyer sur le bouton pour sonner. La parade : envoyer un texto au client comme montré sur la photo ci-dessous. « Toc-toc-toc. Votre livreur Wolt arrive. Merci de sortir et d’ouvrir le robot », indique-t-il, en donnant le code pour déverrouiller son conteneur.

Car en fait, c’est un robot livreur pour les grandes villes, comme un croisement entre R2D2 (le robot de Star Wars) et une glacière tout terrain, sur six roues – ce qui permet d’escalader les trottoirs sans casser les œufs à l’intérieur (si vous avez commandé des œufs). Il est équipé de capteurs : neuf caméras qui lui permettent de rouler en toute sécurité sans heurter les piétons, en s’arrêtant aux feux. Il peut apercevoir les obstacles à 9 mètres. Chaque élément du parcours est mémorisé. Ces donnés permettent de faciliter la course suivante. Les inventeurs nous promettent même que le robot peut éviter les crottes de chiens.

Phase de tests

Il avance à 6 kilomètres/heure, c’est-à-dire à peu près la vitesse de la marche. Pour l’instant, pendant la phase de tests, il y a encore des humains qui le suivent, au cas où. Mais dans les faits, le robot se débrouille très bien tout seul. Pas d’incident majeur : il livre le plat ou le produit commandé à domicile.

En cas de vol du robot, le contrevenant ne pourrait pas l’ouvrir. Pour cela, il faut un code, envoyé par téléphone au vendeur (un restaurant par exemple) et à l’acheteur, qui attend chez lui sa pizza ou ses nems. Et puis c’est assez grand tout de même : 50 centimètres de hauteur (pas facile à transporter).

Pour l’instant, c’est encore une phase de tests. Mais pour de vraies commandes, de vraies livraisons, c’est facturé entre 4 et 20 dollars, en fonction de la distance. L’entreprise à l’origine du projet pense qu’à terme, si le système fonctionne, le prix de la livraison descendra à un dollar. En plus, le client peut suivre le trajet par vidéo depuis son smartphone.

Technologie estonienne

C’est une technologie européenne. En fait c’est une entreprise estonienne qui avait répondu à un concours de la Nasa pour imaginer un robot capable de récupérer des pierres sur la Lune. Le projet n’a pas été retenu, mais il a été recyclé pour ces livraisons. Des tests ont aussi été menés à Tallin et à Londres.

Ce système ne peut pas remplacer totalement les livreurs. Par exemple, le robot ne peut pas appuyer sur le bouton pour demander que le signal lumineux du passage clouté passe au vert. Donc il a été équipé d’un micro et d’un haut parleur pour pouvoir demander de l’aide à des passants. Il ne peut pas entrer dans un immeuble, monter à l’escalier, puis appuyer sur le bouton de l’ascenseur.

Donc le client reçoit un message lui disant de descendre pour aller chercher le produit à l’entrée. Mais tout de même, c’est une révolution, qui pourrait changer non seulement les livraisons, mais aussi la manière dont les citadins font leurs courses.

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *