, ,

Rome, la ville la plus tendance

A Rome, le temps est suspendu entre le Colisée (à l’origine amphithéâtre Flavien) et le dôme de Saint-Pierre.
Oui Rome est réellement la ville la plus tendance du monde et d’ailleurs le talentueux écrivain Raffaele La Capria, Napolitain, aujourd’hui Romain d’adoption, décrit le bonheur de vivre à Rome en forme de suave malaise et regrette que Rome ne soit plus dévolue qu’à l’indolence de ses habitants. « Les murs parlent d’eux-mêmes, dit-il, mais plus pour porter l’imagination du visiteur, pour inviter à faire l’amour et pas la guerre. »

Rome possède plein de quartiers intéressants qui valent tous la peine d’être visités. Parmi eux, le voisinage de Monti qui est considéré comme l’un des plus tendance.  Avec des boutiques, des ateliers artisanaux et des galeries d’art, il s’agit d’un quartier cool où les bars se trouvent à côté des trattorias traditionnelles. Il s’agit du meilleur quartier Romain à visiter si vous voulez connaître la Rome qui mélange tradition et tendance.

Rome a ce goût d’un verre d’Amaretto sucré (diminutif d’amaro de l’italien « amer ») avec un petit fond d’amertume, et ses habitants, parfois « abrutis de beauté », selon l’expression d’un guide touristique florentin entendue au passage, ne voient guère ce qui les entoure. « Oui, les meilleurs des Romains sont bien les touristes », se désespère Jep dans La Grande Bellezza (comédie dramatique italienne coécrite et réalisée par Paolo Sorrentino). Ce qui fait dire au brillant et sulfureux écrivain Alessandro Piperno que « Rome se donne à tous, comme une prostituée ». Dans une des succulentes trattorias que fréquentent les Romains, la Fiaschetteria Beltramme (Via della Croce, 39, Roma, Italie) Morenna, la propriétaire, résume ce sentiment suave : « J’ai souvent envie de pleurer devant la beauté de Roma, raconte-t-elle, mais aussi en voyant ce que deviennent les Romains. »

Parfaite illustration de cette décadence tellement tendance, ce magnifique spectacle haut en couleurs que ce groupe de parlementaires, certainement les mieux habillés de toute l’Europe, qui se fraient difficilement un passage entre les touristes, pour rejoindre leur table préférée. En effet, le Palais Montecitorio (Piazza di Montecitorio.  La chambre des députés), le palais Madama (Sénat) et le palais Chigi (bureau du président du Conseil des ministres) sont éloignés les uns des autres de quelques mêtres et offrent le spectacle de la politique qui se discute en déambulant entre la magnifique colonne de Marc-Aurèle et l’impressionnant Panthéon situé sur la piazza della Rotonda.

Rome est la  reine, celle du monde chrétien
« Il faut comprendre son pouvoir spirituel, c’est ce qui en fait une ville tellement tendance », poursuit Marina Valensise, directrice de l’Institut culturel italien de Paris. « Ce qui nous détermine inconsciemment, c’est ce don historique toujours bien vivant, contrairement à la ville de Florence. C’est pourquoi chaque génération de touristes découvre Rome toujours différemment ». En 1960, Federico Fellini filme la douceur suave de Rome dans La Dolce Vita (La dolce vita, sorti initialement en France sous le titre La Douceur de vivre) , aujourd’hui, c’est Paolo Sorrentino qui écrit une nouvelle page sur la capitale Romaine avec La Grande Bellezza.

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *