, ,

En 1879 Severiano de Heredia, maire de Paris était noir

Severiano de Heredia est un personnage politique de la IIIe République, méconnu à ce jour.

Sa carrière a été assez longue puisqu’il est élu Conseiller du quartier des Ternes dès 1873, Président du Conseil Municipal de Paris en 1879, soit en fait Maire de Paris, puis député de Paris en 1881, et enfin ministre des Travaux publics en 1887. Radical progressiste, laïque, libre-penseur, franc-maçon, Severiano de Heredia défend l’école publique, prône la formation continue, se montre même écologiste puisqu’il se passionne pour la voiture électrique.

Les Parisiens ont donc choisi pour les représenter quelqu’un venu d’ailleurs et dont l’apparence physique ne prêtait pas à équivoque. Et si quelques quolibets et articles racistes ont émaillé sa carrière, ils n’ont pas empêché le public et ses amis politiques de l’apprécier à sa juste valeur et de lui confier des responsabilités de manière durable.

L’intelligentsia cubaine et des écrivains noirs dans le monde entier le reconnaissent : il est temps aujourd’hui d’apprécier la modernité de ce personnage attachant qui a démontré qu’exercer des responsabilités en étant né à l’étranger, et de couleur, était déjà possible dans la France du XIXe siècle.

  • Né le 8 novembre 1836 à La Havane (Cuba),
    mort le 9 février 1901 à Paris.
  • Député de la Seine de 1881 à 1889.
  • Ministre des Travaux publics du 30 mai au 11 décembre 1887
  • Aux élections générales du 22 septembre 1889, il se représenta dans son ancienne circonscription et, quoique arrivé en tête au premier tour, il subit un échec avec 4 001 voix contre 4 708 recueillies au second tour par le candidat boulangiste, Le Senne.
  • Il fut battu par le même adversaire aux élections du 20 août 1893, n’ayant obtenu au premier tour que 1 556 voix sur 7 757 votants, ce qui le classait en troisième position.
  • Il vécut alors dans la retraite. Huit ans plus tard, il décédait, à Paris, à l’âge de 64 ans.

Après une tentative infructueuse (en 1876) comme candidat à la Chambre des députés, concurremment avec M. Pascal Duprat, Severiano de Heredia fut plus heureux, le 21 août 1881 ; candidat républicain dans la 1ere circonscription du 17e arrondissement de Paris, il fut élu par 4 368 voix (5 388 votants, 8 105 inscrits). Il prit place au groupe de l’Union républicaine, fut rapporteur des projets de loi sur la démolition des ruines du palais des Tuileries, sur l’établissement d’une succursale du lycée Louis-le-Grand, sur l’agrandissement de l’Ecole centrale des arts et manufactures, sur le budget des dépenses et des recettes de la Légion d’honneur, et intervint, comme orateur, dans les débats sur le travail des enfants dans les manufactures, sur la loi municipale, sur les sociétés de secours mutuels, sur les conventions avec les compagnies de chemins de fer, sur le budget des ministères du Commerce, de l’Intérieur, des Travaux publics, et, lors de la discussion sur le rattachement des dépenses de la préfecture de police au budget de l’Etat, soutient (en janvier 1884) l’opinion favorable à la création d’une mairie centrale à Paris.

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *