in

Eden Games : le studio lyonnais axé sur les jeux vidéo de voitures qui veut créer un « motorvers »


L’un et l’autre ne viennent pas vraiment du même monde mais c’est le propre de certains mariages : ils transcendent les différences. En avril, le poids lourd du jeu vidéo Web3, Animoca Brands, a mis la main sur le studio lyonnais Eden Games en rachetant ses parts au groupe canadien Millenial Esports qui était depuis 2017 son actionnaire majoritaire.

Cette opération – ayant valorisé la structure française près de 15 millions d’euros, selon nos informations -, a beaucoup surpris dans le secteur tant Eden Games semble loin de tout ce qui a trait au jeu vidéo Web3 et à ses sous-jacents : NFT, play to earn, cryptomonnaie, blockchain, etc. Lancé en 1997, au temps de la PlayStation première du nom, le studio lyonnais fête cette année son quart de siècle, pas loin d’une éternité à l’échelle-temps de l’industrie vidéoludique.

De la franchise V-Rally sur PS1 à F1 Mobile Racing

Dès ses débuts, le groupe s’est spécialisé dans les jeux de voiture et s’est fait un nom en développant les trois premiers volets de la franchise V-Rally, le jeu « Need for Speed : Porsche 2000 » ou encore les deux premiers titres de « Test Drive Unlimited ». Ressuscité en 2013 – après une liquidation financière -, le groupe travaille aujourd’hui avec CodeMasters – qui a été racheté 1,2 milliard de dollars par Electronic Arts (Fifa) début 2021 -, pour qui il développe des jeux de Formule 1 (F1 Mobile Racing) sur mobiles.

Eden Games a également mis au point la franchise Gear Club Unlimited pour le compte de Microids – appartenant au groupe Média-Participations (Dargaud, La Martinière, Le Seuil…), l’un des poids lourds de l’édition française avec Hachette, Editis et Gallimard, pour qui il produit actuellement un jeu de Kart avec les personnages des Schtroumpfs.

« Donner les clés du camion aux joueurs »

Avec le rachat par Animoca Brands, Eden Games va prendre un virage à 90 degrés tout en s’appuyant sur son ADN. « Notre feuille de route est de développer, pour 2023, un jeu de voiture web3 plus ambitieux que ce qui a été fait jusqu’alors, souligne David Nadal, président d’Eden Games dont il est l’un des fondateurs historiques. Il va y avoir une deuxième vague du jeu web3 dont on va faire partie. L’avenir de ce type de titres passe nécessairement par la qualité. »

Aujourd’hui, Eden Games emploie près de 70 salariés et cherche à étoffer ses rangs pour développer son jeu de voiture web3 dont les véhicules seront parfois des NFT. « Nous allons aussi proposer des achats traditionnels de contenus au sein du jeu. On va lancer une première version du titre le plus tôt possible afin que les joueurs s’en saisissent et aient leur mot à dire. On veut un processus de création décentralisé et leur donner les clés du camion », explique David Nadal qui semble s’être vite fait à l’idéologie du Web3.

Eden Games devrait disposer d’un budget de développement compris entre 15 et 20 millions d’euros. Une jolie enveloppe à l’échelle de l’industrie vidéoludique. « L’objectif va être d’en faire le « motorvers » de référence », avance David Nadal.

What do you think?

Written by Germain

Leave a Reply

Your email address will not be published.

GIPHY App Key not set. Please check settings

Benoît Biteau, paysan bio-agronome, explique ses techniques pour réduire son impact sur le changement climatique

Le CBD permet de réduire l’intensité des crises d’angoisse selon une étude pilote