in

face à une « situation historique », Elisabeth Borne installe une cellule interministérielle de crise


Le lac de Castillon, à Saint-André-les-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), le 11 juillet 2022.

Face à la situation de sécheresse extrême qui touche tout le territoire, la première ministre Elisabeth Borne, également chargée de la planification écologique, a mis en place, vendredi 5 août, une cellule interministérielle de crise.

Pour affronter cette « situation historique » et « la sécheresse la plus grave jamais enregistrée dans notre pays », selon Matignon, la mobilisation se veut générale, alors que la France s’apprête à vivre la quatrième vague de chaleur de l’été. La réunion, Place Beauvau, s’est tenue avec les directeurs de cabinet des ministères de la transition écologique, de l’agriculture, de la transition énergétique, des transports, de la santé, de l’économie, des comptes publics et de l’intérieur.

Lire aussi : Sécheresse en France : quelles restrictions d’eau s’appliquent dans votre département ?

Présents aussi à cette réunion, les préfets des zones de défense et de sécurité – l’Hexagone compte sept zones spécialisées dans l’organisation de la sécurité nationale et de la défense civile et économique –, l’Office français de la biodiversité (OFB), l’Office national des forêts (ONF) et Météo France. « L’absence de pluie est aggravée par l’accumulation de vagues de chaleur successives qui viennent renforcer l’évaporation et les besoins en eau. Les prévisions météo laissent présager que la situation pourrait perdurer sur les quinze prochains jours, voire devenir plus préoccupante encore », alertent les services de la première ministre.

Tout le territoire métropolitain est concerné

En déplacement sur ce thème, vendredi, dans les Alpes-de-Haute-Provence, le ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu, a évoqué « plus d’une centaine de communes [qui] n’ont aujourd’hui plus d’eau potable, pour lesquelles il y a des acheminements d’eau qui se font par camion ». Au côté du ministre de l’agriculture, Marc Fesneau, M. Béchu a appelé à « accélérer les transitions » et à la responsabilité : « Si on ne diminue pas nos habitudes de consommation [d’eau], on aura des épisodes à répétition. »

Les prévisions météorologiques n’ont guère de quoi rassurer le gouvernement. En annonçant une nouvelle hausse des températures, pour dimanche et lundi, Météo France précise que « ces nouvelles fortes chaleurs devraient continuer à aggraver la sécheresse des sols, malgré les orages de cette fin de semaine ». Au niveau national, depuis le 17 juillet, la France établit chaque jour un nouveau record de sécheresse des sols (sur un historique débutant en août 1958).

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Sécheresse et chaleur : un mois de juillet 2022 historique

Une situation généralisée sur tout le territoire métropolitain. Selon le ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires, au 5 août, 93 départements étaient concernés par une restriction allant au-delà de la vigilance, dont quatre en alerte, vingt-trois en alerte renforcée et soixante-six en crise. Depuis vendredi, l’Ain, la Manche, le Bas-Rhin et l’Yonne sont passés en crise.

Il vous reste 49.28% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

What do you think?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Combien coûte un voyage dans l'espace?

Warner prépare sa contre-attaque face à Disney et Netflix