in

comment expliquer leur couleur ?



Un météore est venu enflammer le ciel de Nouvelle-Zélande il y a deux semaines. Petite particularité par rapport à ceux habituellement observés, sa couleur verte ! Des chercheurs en expliquent la raison.

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] 5 questions sur les météorites
  Elles auraient causé la disparition des dinosaures et leurs cratères ornent la surface de la Terre. Chaque jour, la Planète est bombardée par des centaines de météorites. 

Le 7 juillet, un énorme météore a traversé le ciel de Nouvelle-Zélande. Visible en plein jour, le bolide a aussi été entendu, créant comme un bang sonique au-dessus de la ville de Wellington et sur l’île du Sud. Deux semaines plus tard, le 22 juillet, un autre météore a été capturé au-dessus de Canterbury, sur l’île du Sud. Cette fois visible durant la nuit, il a éclairé le ciel nocturne d’un vert flamboyant. Ces deux passages rapprochés de météores ont intrigué les habitants de l’île, qui ont demandé des explications : pourquoi cette étrange couleur verte ? Elle ressemble à s’y méprendre au vert que l’on peut observer lors d’aurores polaires, mais attention, le phénomène n’est pas le même !

Non, ce n’est pas le même vert que pour les aurores polaires

Lorsque de puissants vents solaires traversent l’atmosphère, ils peuvent générer ce que l’on appelle une aurore polaire : des particules chargées entrent en contact avec celles de l’atmosphère et les ionisent. C’est l’ionisation de l’oxygène, contenu dans les molécules de dioxygène qui composent environ 21 % de l’atmosphère terrestre, qui donne la couleur verte caractéristique des aurores. En effet, après avoir été ionisé, celui-ci se recombine avec ses électrons, qui se trouvent alors dans un état dit excité. Le retour à l’état fondamental s’accompagne de l’émission d’un photon, dont la longueur d’onde correspond à la couleur verte.

Mais dans le cas d’un météore, le mécanisme diffère. Les aurores polaires se produisent habituellement entre 100 kilomètres et 300 kilomètres d’altitude, dans la haute atmosphère, tandis que les météores s’échauffent encore plus haut. Alors que le morceau d’astéroïde s’échauffe et s’enflamme en traversant l’atmosphère, ce sont cette fois le nickel et le fer déjà présents sur le corps rocheux qui vont dégager une lumière verte en se vaporisant. Si le météore contient aussi du sodium, une traînée légèrement jaune peut être observée, lorsque les atomes sont dans un état excité.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?



What do you think?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Microsoft admet que la PlayStation 4 de Sony s’est vendue deux fois plus que sa Xbox One

découvrez nos abonnements et recevez le Mag Futura en cadeau !