in

l’épidémie en forte hausse, toute la métropole passe en phase épidémique



Dans son dernier bulletin hebdomadaire, Santé publique France alerte sur une “augmentation très importante, rapide et précoce” des indicateurs relatifs à l’épidémie de bronchiolite.

L’épidémie de bronchiolite, qui sature les hôpitaux français et vient mettre en difficulté l’ensemble des services de pédiatrie dans l’Hexagone, continue de gagner du terrain. Dans son dernier bulletin hebdomadaire relatif à la semaine du 24 au 30 octobre, Santé publique France tire la sonnette d’alarme.

“Augmentation très importante, rapide et précoce des indicateurs de surveillance de la bronchiolite chez les enfants de moins de 2 ans, et qui s’accentue pour la majorité des indicateurs par comparaison à la semaine précédente”, met en garde l’organisme.

6167 passages aux urgences en une semaine

Dorénavant, c’est l’ensemble du territoire métropolitain qui est phase épidémique, y compris la Corse, qui demeurait encore en phase pré-épidémique. Santé publique France évoque “une intensité plus marquée au nord de la France”. La Guadeloupe, la Martinique et la Guyane sont également placées en phase épidémique.

Du côté des chiffres, Santé publique France évoque 6167 passages aux urgences relatifs à la bronchiolite du 24 au 30 octobre, soit une augmentation de +47% rapporté à la semaine précédente. Du côté des hospitalisations, 1978 ont été recensés sur cette même semaine, soit 45% de plus en sept jours.

Sur les graphiques relatifs aux différentes épidémies de bronchiolites depuis 2019, la courbe relative à la saison 2022-2023 se détache clairement. En trois ans, jamais le nombre de 6000 hospitalisations n’avait été atteint.

“Nombres de passages aux urgences et d’hospitalisations pour bronchiolite très élevés et à des niveaux supérieurs à ceux observés aux pics épidémiques des trois saisons précédentes et déjà équivalents à ceux du pic de la saison 2018-2019”, détaille Santé publique France.

Une maladie qui touche les très jeunes enfants

Une envolée des cas qui ne va pas venir alléger les services de pédiatrie dans l’Hexagone, déjà débordés. La situation est particulièrement tendue en Île-de-France, où une trentaine de très jeunes patients nécessitant une admission en réanimation ont été transférés vers un autre département. Sur BFMTV mercredi, le papa du petit Dylan, âgé de 20 jours lors de son transfert, avait déploré l’envoi de son fils hospitalisé à Paris vers Lille.

La bronchiolite est une maladie respiratoire très fréquente chez les nourrissons et les enfants de moins de 2 ans. Comme l’indique Santé publique France, “elle est due le plus souvent à un virus appelé Virus Respiratoire Syncytial (VRS) qui touche les petites bronches”.

Les symptômes qui doivent alerter les parents sont des difficultés à respirer chez l’enfant, des sifflements, ou encore des difficultés pour manger et téter. La fièvre doit également alerter. Pour limiter la propagation du virus et protéger son enfant, l’application stricte des gestes barrières s’impose: lavage des mains et aération régulière sont recommandés par Santé publique France.

Written by Barbara

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

six indicateurs pour mesurer l’urgence climatique

profitez de Windows à 6,11€ et d’Office 2021 à 13,22 € !