in

Les scientifiques tirent la sonnette d’alarme, la fertilité masculine décline sur Terre


La fertilité masculine en déclin, partout dans le monde. C’est ce que révèle une vaste étude publiée ce mardi dans la revue Human Reproduction Update et réalisée en compilant une quarantaine d’études préalables sur le sujet. La concentration en spermatozoïdes, l’un des facteurs de la fertilité masculine, a nettement baissé à travers toute la planète au cours des dernières décennies. Une première étude de 2017 affirmait déjà ce déclin, mais elle se concentrait uniquement sur les pays occidentaux, elle a donc été vivement critiquée. 

Des données de 1973 à 2018

Cette fois, après avoir intégré davantage de données, les auteurs sont en mesure de conclure que la tendance à la baisse concerne aussi l’Amérique du Sud, l’Asie et l’Afrique. 

Les chercheurs ont étudié des données de 1973 à 2018 et l’une des premières causes à ce déclin de la fertilité, c’est la baisse de la qualité du sperme. La baisse de quantité de ce dernier est également soulignée. Le nombre de spermatozoïdes disponibles dans le sperme a été divisée par deux en 45 ans.

Aujourd’hui, la concentration de gamètes est de 49 millions par millilitre, contre 101 millions en 1973. En dessous de 20 millions de spermatozoïdes, les chances d’avoir des enfants sont réduites.

Les perturbateurs endocriniens mis en cause 

La baisse de la qualité du sperme s’explique entre autre par l’exposition à certains composants toxiques. “Le tabac maternel va avoir une influence sur la fertilité de son fils. Le tabac de l’adulte, le surpoids, mais aussi l’exposition à certains pesticides ou encore d’autres produits chimiques de la vie de tous les jours, comme les phtalates, qui sont des fois utilisés pour assouplir les matières plastiques ou le bisphénol A”, vont avoir des impacts sur le sperme, explique Rémy Slama est épidémiologiste, et directeur de l’institut de santé publique de l’INSERM.

L’exposition à ces substances augmenterait aussi le risque de développer un cancer des testicules. Le nombre de cas annuel à été multiplié par deux en 30 ans. Selon l’épidémiologiste, si les hommes évitent les perturbateurs endocriniens et améliorent leur hygiène de vie, la qualité de leur sperme pourrait s’améliorer en quelques années.

Written by Barbara

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

vivez en direct le lancement de la mégafusée vers la Lune

une intelligence artificielle génère vos photos LinkedIn et Tinder