in

Tinder va sensibiliser ses utilisateurs aux violences sexistes et sexuelles



A partir du 25 novembre, Tinder fera apparaitre sur son application des outils et numéros utiles relatifs aux violences sexistes et sexuelles afin d’informer et sensibiliser ses utilisateurs.

Entre deux swipes de Roméo ou Juliette, les utilisateurs de Tinder verront, à partir du 25 novembre, apparaître des “Swipe Card” sur fond rose. Dans le cadre de cette campagne, appelée “Les screenshots utiles”, Tinder France s’est associé au gouvernement pour faire connaître à ses utilisateurs les dispositifs d’aide et d’alerte concernant les violences sexistes et sexuelles.

Sur ces cartes, seront indiquées les ressources utiles et outils à connaitre. Parmi eux, le numéro national d’écoute et d’orientation le 3919. Anonyme et gratuit, il a pour vocation d’accompagner les femmes victimes de violences et leur entourage. Sur ces cartes roses apparaîtra également la plateforme de signalement arretonslesviolences.gouv.fr, qui est un portail de signalement anonyme et gratuit sur lequel il est possible d’échanger avec des policiers ou des gendarmes spécialement formés aux violences sexistes et sexuelles. Enfin, les utilisateurs pourront trouver les numéros à contacter en cas d’urgence: le 17 par téléphone et le 114 par SMS.

Le format est choisi pour faciliter une copie d’écran de ces cartes et les partager au plus grand nombre. Pour aller plus loin, les utilisateurs pourront cliquer sur un lien qui les redirigeront directement vers les sites des dispositifs d’accompagnement. Cette campagne est lancée dans le cadre de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes, le 25 novembre.

Tinder s’était déjà associé au gouvernement en 2021 pour aider ses utilisateurs à trouver un job d’été via la plateforme gouvernementale 1jeune1solution.

What do you think?

Written by Germain

Leave a Reply

Your email address will not be published.

GIPHY App Key not set. Please check settings

comment un bus de dépistage tente de réduire les risques

Une lettre chiffrée de Charles Quint évoque des craintes d’assassinat