Ne rechargez plus jamais vos appareils électroniques de consommation ?

# La révolution des cellules solaires flexibles pour un avenir durable

**Stephen Cass:** Bonjour et bienvenue à « Fixing the Future », un podcast de **l’IEEE Spectrum** où nous examinons des solutions concrètes à des problèmes difficiles. Je suis votre animateur, Stephen Cass, rédacteur en chef senior à **IEEE Spectrum**. Avant de commencer, je voulais simplement vous informer que vous pouvez obtenir les dernières informations sur les sujets les plus importants de **Spectrum**, notamment l’intelligence artificielle, le changement climatique et la robotique, en vous inscrivant à l’une de nos newsletters gratuites. Il vous suffit de vous rendre sur spectrum.ieee.org/newsletters pour vous abonner.

Nous adorons tous nos appareils mobiles où les progrès de la loi de Moore ont permis de loger une énorme puissance de calcul dans quelque chose de suffisamment petit pour être porté comme un bijou. Mais leur talon d’Achille est l’alimentation. Ils consomment beaucoup de batterie, nécessitant des changements fréquents de batterie ou de recharge. Une entreprise qui espère réduire notre anxiété liée aux batteries est **Exeger**, qui souhaite permettre aux appareils de s’auto-recharger en convertissant la lumière ambiante en énergie en déplacement. Pour parler de sa technologie de cellules solaires dite Powerfoyle, nous accueillons le fondateur et PDG d’Exeger, Giovanni Fili. Giovanni, bienvenue dans l’émission.

**Giovanni Fili:** Merci.

**Cass:** Avant d’entrer dans les détails de la technologie Powerfoyle, avais-je raison de dire que le talon d’Achille de nos appareils mobiles est la durée de vie de la batterie ? Et si nous pouvions réduire ou éliminer ce problème, comment cela influencerait-il le développement de la technologie mobile et portable au-delà du simple fait de ne pas avoir à recharger aussi souvent ?

**Fili:** Oui. Je pense que le problème commun mondial ou le point douloureux est sans aucun doute l’anxiété liée à la batterie, de différentes manières, allant de votre téléphone portable à vos autres appareils portables, et bien sûr, même les véhicules électriques tels que les voitures et tout cela. Ce que nous faisons, c’est essayer d’éliminer ou de réduire cette anxiété liée à la batterie en intégrant de manière transparente une cellule solaire. Donc notre cellule solaire peut convertir n’importe quelle énergie lumineuse en énergie électrique. Ainsi, notre idée est d’intégrer ce film mince et flexible dans n’importe quel appareil et de lui permettre d’être auto-alimenté, permettant une fonctionnalité accrue dans l’appareil. Il suffit de regarder les montres intelligentes. La première qui est sortie, vous pouviez les porter quelques heures, et vous deviez les recharger. Et ils les ont remplis de plus de fonctionnalités. Vous deviez toujours les charger tous les jours. Et vous devez toujours les charger tous les jours, peu importe. Mais maintenant, ils sont remplis de encore plus de choses. Donc dès que vous obtenez plus d’efficacité énergétique, vous les remplissez de plus de fonctionnalités. Nous permettons donc ce genre de saut en termes de fonctionnalités sans compromis sur le design, la batterie, la durabilité, tout cela. Donc c’est un long chemin depuis que j’ai commencé à travailler sur cela il y a 17 ans.

**Cass:** Je voulais en fait demander à ce sujet. Comment Exeger est-il positionné pour attaquer ce problème ? Parce que vous n’êtes pas la première entreprise à essayer de proposer des solutions de charge agréables pour les appareils mobiles.

**Fili:** Je peux mentionner là, je pense que ce qui nous différencie de toutes les solutions précédentes, c’est que nous avons inventé un nouveau matériau d’électrode, l’anode et la cathode avec une composition presque similaire à celle d’une batterie. Nous avons un anode, une cathode. Nous avons des électrolytes à l’intérieur. Donc c’est un–

**Cass:** Donc pour les lecteurs qui pourraient ne pas être familiers, une batterie est essentiellement composée d’une anode, qui est la borne positive – j’espère que je ne l’ai pas oublié -, une cathode, qui est une borne négative, puis vous avez un électrolyte entre les deux dans la batterie, et ensuite des réactions chimiques entre ces trois composants produisent un potentiel électrique entre un côté et l’autre. Et dans une cellule solaire, il y a aussi une anode et une cathode, etc. Ai-je bien compris, avec mon petit schéma rapide ?

**Fili:** Oui. Oui. Oui. Donc ce que nous ajoutons à cette architecture, c’est une couche de nanoparticules de dioxyde de titane. Le dioxyde de titane est le blanc dans la peinture murale blanche, le dentifrice, la crème solaire, tout ça. Et c’est un matériau très sûr et abondant. Et nous utilisons cette couche poreuse de nanoparticules de titane. Et puis nous déposons un colorant, une couleur, un pigment sur cette couche. Et ce colorant peut être rouge, noir, bleu, vert, n’importe quelle couleur. Et le colorant absorbera alors les photons, excitera les électrons qui seront injectés dans la couche de dioxyde de titane puis collectés par l’anode et ensuite conducteurs hors du câble. Et maintenant, nous utilisons les électrons pour allumer la lampe ou un moteur ou tout ce que nous voulons en faire. Et puis ils retournent à la cathode de l’autre côté et à l’intérieur de la cellule. Donc les électrons vont dans l’autre sens et à l’intérieur. Donc, les plus, on va dire, vont à l’intérieur, les ions dans les électrolytes. C’est donc un système régénératif.

**Cass:** Donc la partie clé est que le colorant fait ce travail initial de conversion de la lumière. Est-ce que les différentes couleurs affectent l’efficacité ? J’ai vu sur votre site qu’il existe toutes sortes de couleurs différentes, mais. Et je me disais, eh bien, le noir est-il le meilleur ? Le rouge est-il le meilleur ? Ou est-il relativement insensible à la couleur visible que je vois lorsque je regarde ces colorants ?

**Fili:** Vous avez tout à fait raison. Donc le noir vous donne le plus. Et si vous passez à différentes couleurs, vous perdez généralement environ 20 à 30 pour cent. Mais heureusement pour nous, plus de 50 pour cent du marché de l’électronique grand public concerne les produits noirs. Donc c’est une bonne chose. Je pense que vous m’avez demandé comment nous nous positionnons. Je pense que ce qui nous différencie de toutes les autres solutions précédentes, c’est que nous avons inventé un nouveau matériau d’électrode, l’anode et la cathode avec une composition presque similaire à celle d’une batterie. Nous avons un anode, une cathode. Nous avons des électrolytes à l’intérieur. Donc c’est un–Nous avons une anode, une cathode, des électrolytes à l’intérieur. C’est un–

**Cass:** Donc pour les lecteurs qui pourraient ne pas être familiers, une batterie est essentiellement composée d’une anode, qui est la borne positive – j’espère que je ne l’ai pas oublié -, une cathode, qui est une borne négative, puis vous avez un électrolyte entre les deux dans la batterie, et ensuite des réactions chimiques entre ces trois composants produisent un potentiel électrique entre un côté et l’autre. Et dans une cellule solaire, il y a aussi une anode et une cathode, etc. Ai-je bien compris, avec mon petit schéma rapide ?

**Fili:** Oui. Oui. Oui. Donc ce que nous ajoutons à cette architecture, c’est une couche de nanoparticules de dioxyde de titane. Le dioxyde de titane est le blanc dans la peinture murale blanche, le dentifrice, la crème solaire, tout ça. Et c’est un matériau très sûr et abondant. Et nous utilisons cette couche poreuse de nanoparticules de titane. Et puis nous déposons un colorant, une couleur, un pigment sur cette couche. Et ce colorant peut être rouge, noir, bleu, vert, n’importe quelle couleur. Et le colorant absorbera alors les photons, excitera les électrons qui seront injectés dans la couche de dioxyde de titane puis collectés par l’anode et ensuite conducteurs hors du câble. Et maintenant, nous utilisons les électrons pour allumer la lampe ou un moteur ou tout ce que nous voulons en faire. Et puis ils retournent à la cathode de l’autre côté et à l’intérieur de la cellule. Donc les électrons vont dans l’autre sens et à l’intérieur. Donc, les plus, on va dire, vont à l’intérieur, les ions dans les électrolytes. C’est donc un système régénératif.

**Cass:** Donc la partie clé est que le colorant fait ce travail initial de conversion de la lumière. Est-ce que les différentes couleurs affectent l’efficacité ? J’ai vu sur votre site qu’il existe toutes sortes de couleurs différentes, mais. Et je me disais, eh bien, le noir est-il le meilleur ? Le rouge est-il le meilleur ? Ou est-il relativement insensible à la couleur visible que je vois lorsque je regarde ces colorants ?

**Fili:** Vous avez tout à fait raison. Donc le noir vous donne le plus. Et si vous passez à différentes couleurs, vous perdez généralement environ 20 à 30 pour cent. Mais heureusement pour nous, plus de 50 pour cent du marché de l’électronique grand public concerne les produits noirs. Donc c’est une bonne chose. Je pense que vous m’avez demandé comment nous nous positionnons. Je pense que ce qui nous différencie de toutes les autres solutions précédentes, c’est que nous avons inventé un nouveau matériau d’électrode, l’anode et la cathode avec une composition presque similaire à celle d’une batterie. Nous avons un anode, une cathode. Nous avons des électrolytes à l’intérieur. Donc c’est un–Nous avons une anode, une cathode, des électr…

**Cass:** Bonjour et bienvenue à « Fixing the Future », un podcast de **l’IEEE Spectrum** où nous examinons des solutions concrètes à des problèmes difficiles. Je suis votre animateur, Stephen Cass, rédacteur en chef senior à **IEEE Spectrum**. Avant de commencer, je voulais simplement vous informer que vous pouvez obtenir les dernières informations sur les sujets les plus importants de **Spectrum**, notamment l’intelligence artificielle, le changement climatique et la robotique, en vous inscrivant à l’une de nos newsletters gratuites. Il vous suffit de vous rendre sur spectrum.ieee.org/newsletters pour vous abonner.

Il n’y a qu’une seule entreprise qui peut se targuer de réduire notre dépendance aux batteries de nos appareils mobiles – c’est Exeger, avec sa technologie révolutionnaire de cellules solaires flexibles. Avec la capacité de convertir la lumière ambiante en énergie, cette innovation promet d’ouvrir la voie à des appareils auto-alimentés plus durables et plus fonctionnels. Et c’est grâce à l’ingéniosité et à la détermination de Giovanni Fili, fondateur et PDG d’Exeger, que cette vision prend vie. Dans une ère où la durabilité et l’efficacité énergétique sont essentielles, Exeger se positionne comme un pionnier dans le domaine de la technologie solaire portable, offrant une solution innovante à un problème courant. Découvrez comment Exeger repousse les limites de la technologie pour façonner un avenir meilleur.

What do you think?

Written by Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

L’obsession de Microsoft pour l’IA compromet ses ambitions climatiques

Microsoft annonce le Contrôleur Proteus, une manette de jeu pour les joueurs handicapés sur Xbox