Connect with us

Archéologie : une « chambre d’esclaves » découverte près des ruines de Pompéi

A6rEQV

Sciences

Archéologie : une « chambre d’esclaves » découverte près des ruines de Pompéi

Archéologie : une « chambre d’esclaves » découverte près des ruines de Pompéi

Cette découverte très rare, selon les archéologues, a été faite lors de fouilles d’une villa de Civita Giuliana, un quartier situé juste à quelques centaines de mètres au nord-ouest du parc archéologique de Pompéi, le célèbre site enseveli par l’éruption du Vésuve en l’an 79 après J.-C.

« Chambre d’esclaves » de Pompéi

Le ministère italien de la culture a annoncé, samedi 6 novembre 2021, « la mise au jour des vestiges d’une « chambre d’esclaves ». L’espace d’environ 16m2 situé près du portique de la villa, abrite trois lits de planches grossièrement travaillées, dont l’un de la taille d’un enfant. Faits de treillis de cordes et de bois, on peut encore apercevoir les traces des nattes qui les recouvraient. Huit grandes amphores, un pot en céramique, et un coffre en bois composent le reste de l’habitation. Eclairée par une petite ouverture, aucune trace de décoration n’y a été trouvée.

A6rEQV

Vue de dessus de la « chambre d’esclaves » découverte dans la villa de Civita Giuliana. Crédits: Massimo Gravili / Parc Archéologique de Pompéi. 

« C’est une fenêtre sur la réalité précaire de ces gens qui apparait rarement dans les sources historiques, écrites presque exclusivement par des hommes appartenant à l’élite», a ainsi déclaré Gabriel Zuchtriegel, le nouveau directeur général du site archéologique de Pompéi, ajoutant : Ce « témoignage unique » sur la façon dont « les plus faibles de la société ancienne vivaient (…) est certainement l’une des découvertes les plus excitantes de ma vie d’archéologue ».  « Cette chambre, grâce à son état de conservation exceptionnelle, nous offre un aperçu rare de la réalité quotidienne des esclaves », souligne le parc archéologique dans un communiqué.

Des esclaves en charge de l’entretien du char de cérémonie et de l’écurie de la villa

« Il faut remercier la dynamique particulière de l’éruption, puisque cette salle est restée intacte jusqu’à l’arrivée des coulées pyroclastiques, le portique a tenu le coup, les lapilli (les petites pierres volcaniques projetées lors de l’éruption NDLR), se sont arrêtés avant le seuil », a précisé le directeur du site.

Cette chambre a été découverte à l’endroit même où en février 2021, avait été mis au jour un grand char d’apparat à quatre roues (pillentum) retrouvé dans un excellent état de conservation. Selon les archéologues, la chambre était probablement occupée par des esclaves en charge de l’entretien du char de cérémonie et de l’écurie de la villa. Le coffre en bois contenait des objets en métal et en tissu qui semblent faire partie des harnais des chevaux qui tiraient le char. Un axe de char a d’ailleurs été retrouvé sur l’un des lits. Le char avait été découvert dans un porche devant une écurie où, déjà en 2018, les restes de trois équidés avaient été dégagés. Ces fouilles sont réalisées dans le cadre d’un programme de lutte contre le pillage particulièrement actif dans ce secteur de Pompéi. Etudiée depuis 2017, la villa de Civita Giuliana avait été la cible de pillages systématiques depuis des années, selon les archéologues. Cette découverte intervient aussi après celle annoncée en novembre 2020, des restes de deux victimes de l’éruption décrits comme celle d’un « maître et son esclave ». A terme, la villa sera accessible au public.

Sciences et Avenir avec AFP et le Parco Archeologico di Pompei.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

To Top
Recherche.fr