Connect with us

Bouger pour prévenir les formes graves de Covid-19

9uKJVF

Sciences

Bouger pour prévenir les formes graves de Covid-19

Bouger pour prévenir les formes graves de Covid-19

9uKJVF

Dix mille pas et plus. C’est un message d’alerte. « On ne le dit pas assez, le fait de bouger plus est un moyen de prévention contre le Covid », assure Mathieu Anheim, professeur de neurologie au CHU de Strasbourg. Dès les premières semaines de l’épidémie de Covid-19 au printemps 2020, le constat est unanime : les personnes obèses (15 % de la population) ou en surpoids représentent une proportion élevée, voire très élevée, des patients atteints du Covid admis dans les services de réanimation. Un travail au CHU de Strasbourg a montré que, lors de la première vague, 75 % des patients passés en réanimation avaient un indice de masse corporelle (IMC), indicateur de corpulence calculé par le poids divisé par la taille au carré, supérieur à 25, avec une moyenne à 28, précise le professeur Anheim. On parle de surcharge pondérale lorsque l’IMC est supérieur à 25, l’obésité étant définie par un IMC supérieur à 30.

Depuis, les données s’accumulent. Après l’âge, l’obésité est le principal risque de forme sévère de Covid-19. Plus l’IMC est élevé, plus les résultats sont mauvais, pointent plusieurs méta-analyses répertoriées dans un article de l’équipe d’Antonis Manolis, de l’université d’Athènes, publié le 3 novembre dans Obesity Research & Clinical Practice.

De plus, les vaccins seraient moins efficaces chez les personnes obèses, en raison d’un défaut d’immunité pas encore très bien compris. Une étude, non encore publiée d’une équipe de l’université de Stanford, a mis en évidence que le virus peut infecter le tissu adipeux (la masse grasse), ce qui favoriserait la réponse inflammatoire, rapporte le New York Times, mercredi 8 décembre. Un phénomène favorisant l’orage cytokinique, l’emballement du système immunitaire observé dans les formes graves de Covid.

De la prévention qui ne coûte rien

Malgré cette évidence, rares sont les messages adressés sur la nécessité de perdre du poids. « Je n’ai pas le souvenir d’avoir entendu quelqu’un dire, à titre de prévention d’une forme sévère de Covid : “perdez un peu de poids, faites de l’exercice, faites attention à ce que vous mangez, prenez l’escalier et non l’ascenseur, prenez le vélo et non la voiture, aller faire quelques pas…” », constate Mathieu Anheim. Pourtant, faire passer l’IMC en dessous de 25 réduit considérablement le risque.

On sait en outre que l’activité physique est bénéfique pour toutes les pathologies engendrées par l’excès pondéral comme la tension artérielle, l’hypercholestérolémie, le diabète de type 2, mais aussi pour réduire le risque de maladies cardio-vasculaires. Elle a des bienfaits neuroprotecteurs, pour le sommeil, pour l’activité psychique. Et ça ne coûte rien, insiste le professeur Anheim, par ailleurs favorable à une vaccination obligatoire afin notamment d’éviter la fermeture de certains services hospitaliers comme actuellement.

Il vous reste 22.09% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

Trending

On en parle

To Top
Recherche.fr