Connect with us

Découverte du fossile d’une nouvelle espèce de baleine en Egypte

SfGuOi

Sciences

Découverte du fossile d’une nouvelle espèce de baleine en Egypte

Découverte du fossile d’une nouvelle espèce de baleine en Egypte

Cette nouvelle espèce de baleine, qui mesurait plus de trois mètres et pesait environ 600 kilos, a été baptisée « Fioumicetus anubis ».

Des archéologues égyptiens ont découvert le fossile d’une nouvelle espèce de baleine, de la classe des amphibiens, datant de 43 millions d’années au Fayoum, au sud du Caire, a annoncé un membre de l’équipe de recherche, jeudi 26 août, à la télévision égyptienne.

« Il s’agit d’une espèce qui n’était pas connue » des scientifiques, a affirmé Hicham Salam, professeur de paléontologie. « C’est la première fois qu’une équipe de recherche arabe (…) est chargée de documenter une telle découverte », a-t-il ajouté.

La nouvelle espèce de baleine, qui mesurait plus de trois mètres et pesait environ 600 kilos, a été baptisée Fioumicetus anubis, nom dérivé de son lieu de découverte, Fayoum, et du dieu Anubis, l’une des plus anciennes divinités égyptiennes, protecteur des morts et des nécropoles.

Le fossile a été retrouvé dans la région de Fayoum, une partie de l’Egypte autrefois recouverte par une mer, où se situe également la vallée des Baleines, qui contient des restes de fossiles « inestimables », selon l’Unesco.

Les fossiles de cette nouvelle espèce de baleine datent de 43 millions d’années.

Un « grand prédateur »

« La baleine avait à la fois la capacité de marcher sur la terre ferme et de nager dans la mer », a affirmé le ministère de l’environnement égyptien dans un communiqué publié mercredi. Le ministère explique que cette découverte témoigne de l’évolution des baleines, qui étaient des mammifères terrestres avant de devenir des mammifères marins.

« Une étude anatomique du fossile démontre que cette nouvelle espèce de baleine est complètement différente des autres espèces déjà connues », ajoute le ministère. Le mammifère était un « grand prédateur avec de grandes mâchoires puissantes » qui lui permettaient de « contrôler l’environnement dans lequel il vivait ».

En plus du ministère de l’environnement, la mission de recherche égyptienne était soutenue par le ministère de l’éducation, ainsi que par l’université de Mansourah (nord-est).

Les autorités égyptiennes annoncent régulièrement des découvertes archéologiques. En 2018, une équipe de scientifiques avait découvert le premier squelette de dinosaure en Afrique, datant de plus de 75 millions d’années.

Le Monde avec AFP

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

To Top
Recherche.fr