Connect with us

Dopesick : arnaques, overdoses et Big Pharma

mUifGS

Sciences

Dopesick : arnaques, overdoses et Big Pharma

Dopesick : arnaques, overdoses et Big Pharma

mUifGS

Ou comment une famille d’industriels américains, propriétaire d’un laboratoire pharmaceutique, décide de mentir sur la réalité addictive d’un anti-douleur, provoquant une crise sanitaire sans équivalent, et devient responsable de la mort par overdose de plusieurs dizaines de milliers de personnes…

Une série de fiction ?

Malheureusement non : réalité. Les industriels : la famille Sackler, propriétaire du laboratoire Purdue Pharma. L’anti-douleur : oxycontin (oxycodone), un opiacé très puissant mis sur le marché en 1995. Les victimes : des ouvriers et travailleurs américains qui vont se voir prescrire pour leurs douleurs chroniques (mal de dos, douleurs musculaires diverses) un médicament deux fois plus puissant et addictif que la morphine !

C’est ce que raconte la série Dopesick* en mettant en scène tous les acteurs impliqués dans ce scandale sordide : les médecins de famille  — avec en tête celui interprété par Michael Keaton  — pressurés pour prescrire en masse le médicament, voire menacés de poursuites judiciaires s’ils n’obtempèrent pas. Les patients qui vont vite devenir “accros“ et être parfois amenés à commettre l’irréparable  — braquages de pharmacie, prostitution, etc.  pour se procurer leurs doses. Les visiteurs médicaux, chevilles ouvrières de l’implantation de l’oxycodone chez les professionnels de santé, qui n’hésitent pas à avoir recours à des méthodes douteuses pour accroître leurs chiffres de vente.

Et bien évidemment les Sackler, dépeints ici comme des charognards cupides uniquement motivés par les dividendes et totalement désintéressés par les ravages que leur médicament pourrait provoquer. Il faut voir avec quel cynisme la famille échafaude des plans pour faire accepter la molécule par la FDA (l’agence américaine du médicament) et tromper les médecins prescripteurs en martelant le mensonge selon lequel seulement “1% des utilisateurs développent une dépendance“.

Une histoire glaçante

Tout est bon pour vendre le plus possible d’oxycodone : mettre en concurrence les visiteurs médicaux avec la promesse d’un voyage aux Bermudes pour celui qui parviendra à convaincre le plus de médecins possible de prescrire le médicament. Ou encore, élaborer un lobbying massif pour faire de la douleur une cause nationale avec la création d’associations de malades, présentées comme indépendantes et en fait intégralement financées par les Sackler…

L’histoire est incroyable, glaçante. Elle est aussi très complexe. D’autant plus que la série n’a pas choisi la facilité en adoptant une approche non chronologique des faits. Toutefois, elle parvient à fluidifier élégamment les allers-retours dans le temps, entre les années 1990 et la mise en place de la stratégie de la compagnie, et aujourd’hui, avec les résultats dramatiques de ladite stratégie… Résultat : on s’attache aux personnages, à leurs histoires. On se révolte des arnaques des Sackler. On trépigne devant l’écran à voir les ravages provoqués par le médicament, l’aveuglement de certains professionnels, la complicité d’autres…

NB : En France, l’oxycodone est disponible depuis 2002 et réservé uniquement en deuxième intention aux douleurs sévères d’origine cancéreuse, précise l’ANSM.

* Série TV (Disney +). 3 premiers épisodes (sur 10) sont en ligne. Nouvel épisode tous les mercredis.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

Trending

On en parle

To Top
Recherche.fr