Connect with us

Espace : Bruno Le Maire annonce le projet Maïa, futur minilanceur réutilisable d’ArianeGroup

iEVNG2

Sciences

Espace : Bruno Le Maire annonce le projet Maïa, futur minilanceur réutilisable d’ArianeGroup

Espace : Bruno Le Maire annonce le projet Maïa, futur minilanceur réutilisable d’ArianeGroup

Le ministre de l’économie Bruno Le Maire donne un discours lors de sa visite du site d’ArianeGroup à Vernon (Eure), le 6 décembre 2021.

Tout faire pour rattraper le retard pris par les Européens face à l’américain SpaceX dans le spatial, que ce soient les fusées réutilisables ou les constellations de satellites. Lundi 6 décembre, le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a annoncé qu’ArianeGroup allait développer un minilanceur réutilisable. Cette fusée « doit être opérationnelle en 2026 », a indiqué le ministre de l’économie en présentant le projet appelé Maïa Space. Il concrétise ainsi les engagements pris par Emmanuel Macron lors de la présentation en octobre de son programme France 2030 où 1,5 milliard d’euros seront consacrés à l’espace.

Le futur lanceur pourra embarquer des satellites pesant entre 500 kilos et une tonne pour les placer entre 200 et 2 000 kilomètres de la Terre, l’orbite basse étant devenue l’un des endroits privilégiés pour les satellites de télécommunications ou d’observation, sans parler des constellations destinées à fournir l’Internet haut débit. La fusée sera fabriquée à Vernon, dans l’Eure, ce qui permettra de créer une centaine d’emplois supplémentaires et de compenser largement le transfert vers l’Allemagne de l’activité intégration des moteurs Vinci.

Il s’agit d’un pari ambitieux, puisque Maïa devra être réalisé en moins de quatre ans. Certes, le moteur Prometheus qui l’équipera est déjà bien avancé, tout comme l’étage récupérable Themis, mais le calendrier est très serré. L’enjeu est de taille face à Elon Musk, qui domine et donne le ton sur le marché spatial avec sa fusée réutilisable Falcon 9 et sa constellation de satellites Starlink.

« Rattraper un mauvais choix stratégique »

« Nous allons rattraper un mauvais choix stratégique fait il y a dix ans pour que la France et l’Europe aient enfin un lanceur réutilisable », a précisé Bruno Le Maire, en ajoutant être « convaincu que cette approche est complémentaire d’Ariane 6 ». Une manière de rappeler que le différend entre la France et l’Allemagne, les deux principaux contributeurs de ce projet (56 % pour Paris et 22 % pour Berlin), qui a éclaté cette année était définitivement terminé.

« Nous avons mis un coup d’arrêt à ce dans quoi l’Europe était en train de s’engager : la division, la rivalité et, dans le fond, l’affaiblissement de tous les acteurs spatiaux européens, pour rassembler nos forces, faire une division du travail et des compétences qui sera plus efficace, a précisé le ministre de l’économie. Cela nous met en ordre de marche pour pouvoir rivaliser avec [les acteurs] américains et bientôt chinois. » Chaque pays partenaire préférera la future fusée européenne pour ses lancements dits institutionnels (militaires, scientifiques) aux lanceurs américains. Le premier vol du successeur d’Ariane 5 est prévu en 2022.

Il vous reste 16.43% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

Trending

On en parle

To Top
Recherche.fr