Connect with us

Gmail : Google alerte face à la recrudescence des attaques de hackers russes

zWf6SS

Tech

Gmail : Google alerte face à la recrudescence des attaques de hackers russes

Gmail : Google alerte face à la recrudescence des attaques de hackers russes

zWf6SS

Google vient d’envoyer un nombre anormalement élevé d’alertes de phishing étatique. Plus 14 000 utilisateurs viennent ainsi de recevoir un message les prévenant qu’un attaquant gouvernemental a tenté de voler leur mot de passe. Dans un communiqué envoyé à la presse américaine, Google précise que 86 % de ces attaques proviennent d’APT28, alias Fancy Bear, un groupe de hackers piloté par la direction générale des renseignements de l’armée russe. Un pilonnage aussi impressionnant qu’inefficace, car Google précise avoir bloqué la totalité de ces tentatives de phishing.

A découvrir aussi en vidéo :

Le phishing russe fait désormais partie de la vie normale de certains utilisateurs de Gmail. « Si vous êtes un activiste, un journaliste, un membre de gouvernement ou si vous travaillez pour la sécurité nationale, ces alertes ne devraient pas vous étonner. Des groupes étatiques vont forcément essayer de vous envoyer quelque chose un jour », souligne Shane Huntley, chef de la division Threat Analysis Group de Google, sur Twitter. Dans une note de blog de 2018, le dirigeant parlait encore de « milliers d’alertes envoyées chaque mois ».

Des attaques de plus en plus efficaces

Le haut niveau d’activité des hackers russes est également confirmé par les chercheurs de Microsoft. Selon leur rapport annuel Digitial Defense Report, les pirates de Poutine sont à l’origine de 58 % des cyberattaques observées, devant la Corée du Nord, l’Iran et la Chine. Contrairement à Google, Microsoft n’arrive pas à bloquer toutes ces attaques. Au contraire, les pirates de Poutine seraient même de plus en plus efficaces, avec un taux de compromission qui grimpe de 21 % à 32 % en l’espace d’un an. Ils cibleraient en priorité des agences gouvernementales aux États-Unis, en Ukraine et au Royaume-Uni.  

Sources: Bleeping Computer, Microsoft

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Tech

To Top
Recherche.fr