Connect with us

Handicap moteur : une solution d’électrostimulation reproduit les mouvements

VeLEpc

Sciences

Handicap moteur : une solution d’électrostimulation reproduit les mouvements

Handicap moteur : une solution d’électrostimulation reproduit les mouvements

VeLEpc

Dix mille pas et plus. Retrouver des sensations de mouvement et les bienfaits de l’activité physique, grâce à une technologie qui stimule électriquement des muscles paralysés ou affaiblis, pendant des séances de rameur. Lancé il y a quelques semaines au Cercle de l’aviron de Lyon, le projet Avistim s’adresse à des personnes avec un handicap moteur des membres inférieurs, lié à une atteinte médullaire, un accident vasculaire cérébral, une sclérose en plaques ou encore une maladie de Parkinson. Développé conjointement par la Fédération française d’aviron, l’Association des paralysés de France et une association, Stimule ton handicap, il devrait progressivement s’étendre dans toutes les régions.

L’appareil, qui comprend une batterie d’électrodes placées sur la peau, s’apparente aux stimulateurs grand public ou professionnels utilisés pour renforcer la tonicité musculaire, mais avec une particularité. « Il s’agit d’électrostimulation fonctionnelle (SEF), qui, au-delà des contractions musculaires, consiste à reproduire des mouvements comme la marche ou le pédalage, précise le chercheur Amine Metani (laboratoire de physique de l’ENS de Lyon), directeur scientifique de Kurage, la start-up qui développe ces rameurs connectés. L’essentiel de notre travail dans ce projet est de contrôler les mouvements obtenus pour que l’exercice soit le plus bénéfique possible. » Pour envoyer les stimulations au bon moment, les rameurs sont équipés de capteurs communiquant avec le stimulateur. Les séances d’entraînement sont personnalisées en fonction de la pathologie et des objectifs de l’utilisateur. L’intensité de stimulation est ainsi adaptée selon les sensations de l’utilisateur, pour éviter d’atteindre le seuil douloureux. La start-up Kurage s’attelle aussi à simplifier l’équipement, avec un système de vêtement intégrant les électrodes, pour s’affranchir d’une pose manuelle.

Plus de dix ans de recherche

Pour Gaëlle Deley, maîtresse de conférences à la faculté des sciences du sport de Dijon et chercheuse au laboratoire Inserm CAPS 1093, Avistim est l’aboutissement de plus de dix ans de recherches. C’est en 2008, lors d’un stage postdoctoral à Boston, qu’elle découvre le principe des rameurs assistés par électrostimulation. « Je voyais des personnes arriver en fauteuil roulant, puis ramer comme si de rien n’était », se souvient-elle, enthousiaste. Convaincue des bénéfices potentiels de cette approche pour des patients avec un déficit moteur, la jeune chercheuse décide de s’y investir à son retour en France.

Il vous reste 43.23% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

To Top
Recherche.fr