Connect with us

Jupiter est réchauffée par ses aurores polaires

v2167J

Sciences

Jupiter est réchauffée par ses aurores polaires

Jupiter est réchauffée par ses aurores polaires

v2167J

La question faisait phosphorer les spécialistes de la planète Jupiter depuis des décennies. Mais le mystère semble désormais levé : dans une nouvelle publication de la revue Nature, des scientifiques de l’Université de Boston (Etats-Unis), de celle de Leicester (Royaume-Uni) et du NICT (Japon) dévoilent le mécanisme du réchauffement atmosphérique de la géante gazeuse.

Les enseignements du télescope Keck

Les données de la sonde Juno de la NASA, en orbite de Jupiter depuis 2016, et du télescope spatial Hisaki opéré par l’agence japonaise Jaxa ont été mises à contribution pour compléter les enregistrements du télescope terrestre Keck, à Hawaii. Cet extraordinaire instrument a permis « de produire des cartes de température de Jupiter avec un niveau de détail extrême, explique le Dr James O’Donoghue. Ainsi nous avons pu confirmer, comme le suggéraient de précédentes études, que les températures montent très haut aux pôles avec les aurores, mais également que celles-ci réchauffent, non pas moins de 10% de la planète comme on le pensait précédemment, mais bien la totalité de Jupiter ».

Le phénomène des aurores polaires est bien connu sur Terre. On les appelle « australes » dans l’hémisphère sud, « boréales » au nord. Ces phénomènes optiques sont liées au surgissement de particules chargées électriquement, en provenance du Soleil, dans les lignes du champ magnétique de notre planète. Sur Jupiter, c’est le matériel en provenance de son satellite Io qui provoque les aurores les plus énergétiques du système solaire. Aussi, elles étaient depuis longtemps soupçonnées de fournir sa chaleur à l’entièreté de l’atmosphère jovienne… mais les preuves du phénomène faisaient défaut.

Modélisations et données réelles

Les modèles numériques des géantes gazeuses établis précédemment par les astrophysiciens tablaient en effet sur des vagues de chaleurs partant de la zone équatoriale pour cheminer jusqu’aux pôles où elles étaient stockées. Mais ces simulations ne collaient pas avec les données relevées directement sur Jupiter, où les instruments scientifiques relevaient des températures équatoriales bien supérieures à celles pronostiquées par ces évaluations. Avec les apports du télescope Keck, on comprend que le phénomène est donc lié à l’apport de chaleur par les aurores polaires : la géante Jupiter se réchauffe par ses extrémités.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

To Top
Recherche.fr