Connect with us

La cape d’invisibilité des crustacés

EuGfAk

Sciences

La cape d’invisibilité des crustacés

La cape d’invisibilité des crustacés

« La phronime est le plus cool des animaux ! » La biologiste américaine Laura Bagge ne cache pas son excitation en évoquant le petit animal auquel elle a consacré sa thèse. Premier argument en faveur de la phronime, ce crustacé gros comme une crevette, de la famille des amphipodes hyperiides : elle aurait inspiré le monstre dans le film Alien. Celui qui, si vous vous en souvenez, se sert des humains comme d’un garde-manger. « La phronime est un parasite, explique la biologiste, qui transforme ses proies en réserves de nourriture. » Ce qui, loin d’horrifier notre scientifique, l’enthousiasme au plus haut point : « La plupart des crustacés pondent leurs œufs et s’en désintéressent. Mais la phronime est une très bonne mère ! Elle capture une salpe, qui est une sorte d’animal gélatineux, creuse un trou dedans pour y faire une maison et y pond ses œufs pour qu’ils aient toujours une réserve de nourriture. Ensuite, elle y habite avec ses bébés, et les promène comme dans une poussette. »

Une habitude qui vaut à la phronime, aux Etats Unis, le charmant surnom de pram bug, c’est-à-dire « insecte landau ». En France, on est un peu moins attendri, et un peu plus dégoûté : la phronime y est plutôt surnommée « tonnelier des mers » ou « monstre des tonneaux » car elle évide ses proies en forme de barrique pour y loger ses rejetons et se balader dedans.

Bioluminescence

Mais la vraie « coolitude » de la phronime tient surtout à son exceptionnel talent pour le camouflage, dans un endroit où il n’y a nulle part où se cacher. Une qualité que Laura Bagge a découverte à l’occasion d’une sortie en mer, lorsqu’elle a remonté des créatures diverses dans un seau pour les étudier. « Je ne voyais rien, c’est seulement lorsque j’ai plongé ma main dans l’eau de mer que j’ai senti qu’il y avait des animaux dedans. Et autant on peut comprendre qu’un animal gélatineux comme la méduse soit transparent, autant c’est plus difficile à concevoir pour la phronime, qui a des muscles, un système digestif, un cerveau et une enveloppe dure. Comment les phronimes peuvent-elles organiser tout leur corps pour le rendre invisible ? J’ai décidé d’en faire l’objet de ma thèse. »

La phronime, surnommée « tonnelier des mers », évide une salpe, une sorte d’animal gélatineux, pour y loger avec ses bébés.

Car être transparent ne suffit pas à être invisible, rappelle Laura Bagge : « Un morceau de verre totalement transparent peut être repéré à cause des reflets sur sa surface. » Le défi est donc grand pour la phronime, que l’on rencontre aussi bien dans les profondeurs marines que dans des zones plus proches de la surface, où percent encore les rayons du soleil. « Dans les eaux profondes sans lumière, certains poissons sont bioluminescents, c’est-à-dire qu’ils ont leurs propres phares pour repérer leurs proies. Et plus près de la surface, c’est le soleil qui entraîne des reflets. Mais dans les deux cas, la phronime est capable de se camoufler. »

Il vous reste 66.96% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

Trending

On en parle

To Top
Recherche.fr