Connect with us

La pharmacopée de l’immunité

tA77TH

Sciences

La pharmacopée de l’immunité

La pharmacopée de l’immunité

SUREAU NOIR (Sambucus nigra)

Cet arbuste originaire d’Europe centrale est répandu dans tous les pays tempérés. Depuis l’Antiquité, ses baies, ses fleurs et son écorce sont utilisées pour traiter fièvres et inflammations des voies respiratoires, ainsi que pour réduire la durée des symptômes de la grippe et du rhume.

PRINCIPES ACTIFS : Les baies du sureau sont riches en vitamines des groupes A, B et C, en flavonoïdes, en tanins, en caroténoïdes, en triterpènes et en acides aminés.

COMMENT L’UTILISER : Généralement sous forme de tisanes : prendre deux cuillères à café de fleurs séchées dans de l’eau. Le sureau existe également en sirop, ampoules, comprimés ou gélules. Il est recommandé de ne pas dépasser la dose quotidienne de 500 mg d’extrait sec en cure de dix jours.

PRÉCAUTIONS :  La consommation des baies crues est tout à fait déconseillée car elles peuvent provoquer vomissements et diarrhées, a fortiori quand elles ne sont pas mûres.

tA77TH

Crédits : ROLAND WEIHRAUCH / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP

GÉRANIUM DU CAP (Pelargonium sidoides)

En 1897, en Afrique du Sud, un officier anglais fut soigné et guéri de la tuberculose avec des décoctions de cette plante endémique, qu’il rapporta en Europe. Une étude clinique américaine de 2009 montre qu’elle possède des effets immunostimulants : elle active la sécrétion de cytokines et de macrophages. D’autres études, en double aveugle avec placebo (2005), montrent qu’elle atténue les symptômes de la bronchite aiguë.

PRINCIPES ACTIFS : Coumarine, tanins et phénols.

COMMENT L’UTILISER : On utilise la racine du Pelargonium sous forme de teinture-mère, extrait végétal liquide : trente gouttes trois fois par jour durant sept jours. Elle existe également en tisane, comprimés, gélules et sirop.

PRÉCAUTIONS :  Le géranium du Cap est déconseillé aux moins de 6 ans, chez les femmes enceintes et en cas d’allaitement, d’hypertension. Il peut provoquer des troubles intestinaux. Il n’existe pas d’interaction connue avec des médicaments.

RHODIOLE (Rhodiola rosea)

Appelée « ginseng de la toundra » ou « racine arctique », utilisée en Sibérie et en Scandinavie, la rhodiole fait partie de la pharmacopée russe depuis des siècles. Elle est réputée améliorer les performances physiques, lutter contre le stress et la fatigue, ainsi que pour ses vertus tonifiantes et fortifiantes. Mais les études donnent des résultats contradictoires. En 2009, des chercheurs arméniens ont toutefois constaté, lors d’un essai clinique en double aveugle avec effet placebo, une stimulation du système immunitaire auprès de patients atteints de pneumonie, avec une augmentation de l’activité des globules blancs.

PRINCIPES ACTIFS : Ses rhizomes contiennent des phénylpropanoïdes (contre les attaques microbiennes) et des flavonoïdes.

COMMENT L’UTILISER : En extrait sec, il est conseillé de prendre 100 à 300 mg, deux fois par jour, matin et midi avant les repas, durant dix à vingt jours. Puis d’arrêter deux semaines, avant de reprendre si nécessaire. Éviter la prise le soir pour ne pas perturber le sommeil.

PRÉCAUTIONS : Contre-indiquée en cas de grossesse, déconseillée aux moins de 15 ans, la rhodiole peut augmenter l’effet des médicaments ayant un effet stimulant.

UAMCpn

Crédits : Régis Cavignaux / Biosphoto / Biosphoto via AFP

CITRON (Citrus limonum)

Elle renforce les défenses naturelles de l’organisme, possède des propriétés purifiantes et antibactériennes. Excellente pour le foie, elle constitue un tonique digestif. En diffusion, elle s’utilise pour purifier l’air ambiant. 3.000 citrons sont nécessaires pour obtenir 1 kg d’huile essentielle à partir de la pression à froid du zeste du fruit.

PRINCIPES ACTIFS : Limonène (hydrocarbure monoterpénique), bêta-pinène, gamma-terpinène.

COMMENT L’UTILISER : Pour bien passer l’hiver, il est conseillé de la prendre en cure d’une semaine par mois pendant la saison froide : deux ou trois gouttes dans 1,5 litre d’eau à boire au long de la journée ou mélangées à du miel. On peut aussi l’utiliser en massage.

PRÉCAUTIONS : Par voie cutanée, toujours la diluer dans une huile végétale car elle peut être irritante. Ne pas s’exposer au soleil durant les douze heures qui suivent car elle est photosensibilisante. Par voie orale, privilégier des cures courtes. Sa conservation est difficile car le limonène s’oxyde à l’air et à la lumière.

TEA TREE (Melaleuca alternifolia)

Originaire d’Australie, le tea tree (arbre à thé), de la famille des myrtacées, n’a aucun lien de parenté biologique avec le thé. Il doit son nom au navigateur James Cook qui, arrivé sur ce continent, utilisa ses feuilles pour se fabriquer un thé rafraîchissant, et remarqua que les Aborigènes l’utilisaient pour soigner les infections. Son huile essentielle représente un pilier de l’action antibactérienne (surtout pour la sphère ORL), antiparasitaire, incontournable pour les infections des muqueuses et de la peau (mycoses, herpès, verrues). Elle est réputée immunostimulante.

PRINCIPES ACTIFS : Terpinènes (hydrocarbures isomériques de la famille des monoterpènes).

COMMENT L’UTILISER : Pour favoriser la défense de l’organisme, diluer une ou deux gouttes dans une cuillère à soupe de miel, trois fois par jour pendant une semaine. Pour prévenir les caries, diluer une goutte dans le dentifrice.

PRÉCAUTIONS : Très peu toxique mais interdite avant l’âge de 3 ans. En diffusion, l’huile est déconseillée aux enfants, aux femmes enceintes et en cas d’allaitement. Demander l’avis d’un médecin en cas de traitement antibiotique ou antifongique. L’usage pur peut provoquer des irritations.

RAVINTSARA (Cinnamomum camphora)

Extraite par distillation des feuilles du camphrier de Madagascar, l’huile de ravintsara, immunostimulante et anti-infectieuse, est une référence en aromathérapie.

PRINCIPES ACTIFS : Le cinéol inhibe les médiateurs de l’inflammation (molécules contribuant au processus inflammatoire) et aide à prévenir et combattre les infections respiratoires et antibactériennes. Une enzyme, la superoxyde dismutase, protège la cellule contre les radicaux libres.

COMMENT L’UTILISER : Diluer trois gouttes dans une noisette d’huile végétale et après un test de tolérance pratiquer un massage quotidien sous les voûtes plantaires, le long de la colonne vertébrale ou à l’intérieur des poignets. De façon préventive : une cure de trois semaines pour renforcer les défenses. On peut l’utiliser en diffusion pour assainir l’air ambiant (dix minutes), ou sur la peau et la respirer.

PRÉCAUTIONS : Ne pas utiliser pendant de longues durées. Déconseillée chez les femmes enceintes, les jeunes enfants, pendant l’allaitement. Attention aux interactions : en cas de traitement médicamenteux, demander un avis médical.

ÉPINETTE NOIRE (Picea mariana)

Les Amérindiens connaissaient les vertus revivifiantes de ce conifère originaire des forêts boréales du Canada, dont ils faisaient bouillir les aiguilles et respiraient les vapeurs. L’huile essentielle s’utilise avant l’hiver afin de stimuler un système immunitaire affaibli. Une étude japonaise a montré que le fait de séjourner en forêt et de respirer des composés volatils comme les pinènes permet de diminuer le stress et d’améliorer l’immunité. Un kilo d’aiguilles est nécessaire à l’élaboration de 10 ml d’huile essentielle.

PRINCIPES ACTIFS : Monoterpènes dont bêta-pinène, camphène, carène, aux propriétés immunostimulantes.

COMMENT L’UTILISER : Diluer cinq gouttes avec deux gouttes de citron dans une huile végétale (de jojoba, d’amande douce), et se masser le bas du dos quotidiennement durant une dizaine de jours. L’huile s’utilise également en inhalation et en diffusion.

PRÉCAUTIONS : Déconseillée aux asthmatiques ainsi qu’aux personnes présentant des troubles rénaux, aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 12 ans. Usage prolongé non recommandé.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

To Top
Recherche.fr