Connect with us

La recherche au chevet de notre mauvais sommeil

MbTBkP

Sciences

La recherche au chevet de notre mauvais sommeil

La recherche au chevet de notre mauvais sommeil

Les chiffres sont édifiants : près de 70 % des Français déclarent des problèmes de sommeil, selon les dernières données de l’enquête Coviprev, de Santé publique France (SPF), réalisée depuis mars 2020. Soit 20 points de plus qu’avant le début de la pandémie de Covid-19. Malgré une légère amélioration cet été, les nuits des Français restent malmenées. Les effets de la crise sanitaire, la désynchronisation des rythmes, l’incertitude n’en finissent pas de peser sur la santé mentale, et nous empêchent de tomber facilement dans les bras de Morphée. De nombreux travaux en ce sens ont été présentés lors du Congrès du sommeil, coorganisé par la Société française de recherche et médecine du sommeil (SFRMS) et la Société de pneumologie de langue française (SPLF), qui s’est tenu à Lille, du 24 au 26 novembre.

Laure Peter-Derex, chef de service adjointe du Centre de médecine du sommeil et des maladies respiratoires à l’Hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon, le 29 novembre 2021.

Le problème n’est pas nouveau. Ces cinquante dernières années, les Français ont perdu entre une heure et une heure trente de sommeil, avec un temps moyen de six heures et quarante-deux minutes en semaine en 2017, selon l’enquête de SPF, moins que les sept heures recommandées, un temps qui varie d’une personne à l’autre. Cette tendance à la baisse est encore plus marquée chez les adolescents et concerne aussi les enfants. L’Inserm évoquait déjà, en 2019, ce « fléau des sociétés modernes ». L’écrivaine Marie Darrieussecq parle, dans son dernier roman, Pas dormir (P.O.L, 320 pages, 19,90 euros), de ses « nuits trouées ». Les spécialistes alertent depuis des années sur cette « épidémie catastrophique de perte de sommeil ».

« La surconsommation de médias, sur fond de messages anxiogènes, n’arrange pas les choses, tout comme l’impact négatif du bruit et de la lumière. Mais, surtout, le temps passé sur les écrans réduit le temps de sommeil et dégrade sa qualité », explique Damien Léger, responsable du centre du sommeil et de la vigilance à l’Hôtel-Dieu (AP-HP). Cette évolution s’explique aussi par l’augmentation du nombre de travailleurs de nuit, des temps de trajet, des charges de travail, du stress. Conséquence : 30 % des Français dorment moins de six heures par vingt-quatre heures, et sont donc en dette de sommeil.

Or, on sait que ce déficit a des effets délétères sur la santé et accroît le risque de maladies cardiovasculaires (hypertension artérielle, infarctus, accidents vasculaires cérébraux, etc.), de troubles métaboliques (obésité, diabète de type 2…). Au-delà de l’atteinte à la qualité de vie, les troubles du sommeil ont des conséquences multiples, notamment sur les envies suicidaires, l’absentéisme et les accidents de la circulation. A l’inverse, dormir suffisamment joue aussi un rôle dans l’immunité, les fonctions cognitives, la concentration, l’apprentissage, la mémorisation.

Il vous reste 82.16% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

Trending

On en parle

To Top
Recherche.fr