Connect with us

La Russie, première nation à envoyer une équipe de tournage dans l’espace

Y9jqPX

Sciences

La Russie, première nation à envoyer une équipe de tournage dans l’espace

La Russie, première nation à envoyer une équipe de tournage dans l’espace

L’actrice Ioulia Peressild, avant le lancement du vaisseau spatial Soyouz MS-19, au cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhsta, le 5 octobre 2021.

Le décollage a eu lieu, comme prévu et malgré un vent fort, à 13 h 55, heure de Baïkonour, dans le ciel d’un bleu étincelant du Kazakhstan. « Un moment historique », se sont félicitées les télévisions russes, à l’issue d’un long compte à rebours lancé depuis le cosmodrome qui donnait au moment le frisson d’un premier pas sur la Lune.

Pour la première fois dans l’histoire de la conquête spatiale, mardi 5 octobre, une équipe de cinéma a été envoyée dans l’espace pour y tourner les séquences d’un long-métrage. L’actrice Ioulia Peressild, connue pour ses rôles dans des films patriotiques, et le réalisateur Klim Chipenko, qui maniera la caméra, le maquillage et l’éclairage, ont prévu de rester douze jours dans l’espace exigu du segment russe de la Station spatiale internationale (ISS). Ils seront accompagnés d’un cosmonaute professionnel, Anton Chkaplerov.

L’œuvre finale, Vyzov (« le défi »), mettra en scène une médecin ayant pour mission de sauver un cosmonaute. L’actrice et le réalisateur, respectivement 37 ans et 38 ans, se sont entraînés durant quatre mois, tout comme leurs doublures, lors d’une préparation très mise en scène qui a pris des allures de course contre la montre.

Annonces grandioses

Depuis le lancement du projet, ses promoteurs ne cachent pas leur volonté de prendre de vitesse une initiative américaine similaire. L’agence russe Roscosmos avait ainsi brusquement révélé ses ambitions en 2020, après l’annonce d’un projet de tournage à bord de l’ISS avec l’acteur américain Tom Cruise.

Pour l’agence spatiale, principal producteur de ce film au budget gardé secret, le long-métrage doit redorer un blason terni par les scandales de corruption, les pannes en série et la perte du lucratif monopole des vols habités vers l’ISS, avec l’entrée en lice de la société SpaceX d’Elon Musk. Si l’agence multiplie les annonces grandioses, à l’instar du développement d’une station spatiale spécifiquement russe, elle le fait le plus souvent sans dévoiler de calendrier ou de plans précis.

Le projet a aussi suscité la controverse au sein de la communauté scientifique russe. Le directeur du programme des vols habités de l’agence, Sergueï Krikalev, a même été congédié cet été pour avoir dit que l’argent aurait été mieux investi dans la recherche et l’innovation spatiale.

Moment de communion

Interrogé sur France Inter, l’astronaute français Thomas Pesquet a lui aussi fait part de son scepticisme, notant que l’on pouvait faire aussi réaliste en studio. C’est pourtant sous son commandement que se déroulera la mission russe, Thomas Pesquet ayant pris pour la première fois ses fonctions de capitaine de l’ISS, le 4 octobre, pour une durée de treize jours.

Il vous reste 17.17% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

To Top
Recherche.fr