Connect with us

L’Allemagne teste des minibus entièrement autonomes en circulation réelle

Sb97Ra

Sciences

L’Allemagne teste des minibus entièrement autonomes en circulation réelle

L’Allemagne teste des minibus entièrement autonomes en circulation réelle

Sb97Ra

TRANSPORTS. Après Munich, où s’est déroulé au mois de septembre 2021 le Salon international de l’automobile IAA, c’est au tour de Hambourg d’accueillir cette semaine le congrès mondial ITS sur les Systèmes de transport intelligents, qui se réunit en Europe tous les trois ans pour envisager la mobilité du futur. Dès lundi 11 octobre 2021, la ville hanséatique est devenue un vaste terrain de démonstration, avec le premier test mondial d’un train autonome, une rame de S-Bahn (train urbain aérien) en l’occurrence. La tendance est en effet à l’autonomisation des transports collectifs (navettes et autobus en premier lieu), dans le but de remplacer la voiture particulière et par ce biais de réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi de combler le déficit en transports et de réaliser des économies. De multiples projets sont actuellement à l’étude ou en phase de test en Allemagne, car notre voisin entend jouer dans ce domaine un rôle de précurseur.

Les tests de navettes autonomes sur piste sont concluants

Les véhicules entièrement autonomes déjà en circulation en Allemagne concernent principalement le transport logistique de marchandises ou le transport du personnel sur des sites d’entreprises (on parle alors de People Movers), et disposent pour ce faire d’autorisations spéciales. Pour ce qui est du transport de passagers sur route dans l’espace public, seuls des projets pilotes sont en cours dans plusieurs communes allemandes, selon des protocoles et avec des partenariats différents. Dans la région Rhin-Main par exemple, les tests, déjà très matures, sont concluants en zone rurale, sur les rives du Main à Francfort, au sein de centres hospitaliers ou pour transporter les visiteurs de sites touristiques. Les navettes, qui suivent un itinéraire prédéfini et roulent sur une voie qui leur est réservée, ne sont pas dangereuses et leur intervention est surtout envisagée là où les bus ne sont plus rentables, à la campagne ou pour desservir les zones industrielles. En ville, comme à Magdebourg, l’objectif est principalement d’améliorer les liaisons avec les transports publics existants, et d’aider les passagers à parcourir “le dernier kilomètre” depuis ou jusqu’à leur domicile.

Dans le trafic, les minibus autonomes sont encore trop hésitants

Plus audacieusement, d’autres projets visent à intégrer les transports collectifs autonomes dans le trafic urbain. Au printemps 2021, le premier test réalisé sur le territoire allemand sans itinéraire prédéfini s’est ainsi déroulé à Karlsruhe, avec trois minibus effectuant des trajets à la demande. Cette première expérience a permis de mettre en évidence les améliorations nécessaires : le véhicule, qui circule à une vitesse maximale de 20 km/h, n’avance pas assez vite dans le trafic, en particulier il ne passe pas assez rapidement les carrefours. Il serait aussi nécessaire de réduire la distance de sécurité autour de la navette, qui stoppe trop souvent par mesure de sécurité lorsqu’une voiture la dépasse de trop près ou qu’un tas de feuilles se trouve sur son chemin.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

To Top
Recherche.fr