Connect with us

L’éléphant, jouet du tourisme animalier

Sciences

L’éléphant, jouet du tourisme animalier

L’éléphant, jouet du tourisme animalier

Pour la photojournaliste Kirsten Luce, habituée à traiter de sujets comme l’immigration illégale aux Etats-Unis, cette photo prise en Thaïlande, en 2018, n’était pas très difficile à faire : on croise des scènes de ce genre partout sur les réseaux sociaux. Dans ce tableau joyeux et animé, deux bébés éléphants prennent un bain de mer, entourés de leurs mahouts (« dresseurs »), en compagnie d’une famille de touristes britanniques, en maillot et tout sourire, heureux de ce moment de complicité. En fond s’étale le paysage paradisiaque de l’île de Phuket, avec ses collines et ses eaux bleu lagon…

« Je pouvais prendre des photos sans attirer l’attention, confirme Kirsten Luce, puisque tout le monde faisait la même chose sur cette plage, appelée Lucky Beach. Les touristes faisaient la queue et versaient environ 20 dollars pour aller se baigner avec les éléphants. » Parmi eux, des Occidentaux venus en famille, mais aussi des couples chinois désireux de poser avec un éléphant, synonyme de bonne fortune. Le site ne figure pas sur les guides touristiques officiels. Mais pour le trouver, Kirsten Luce n’a pas eu à chercher bien loin : « Les gens se géolocalisent ! Ils se prennent en photo et mettent aussitôt leurs images sur Instagram. »

La photographe témoigne de l’ambiance bon enfant qui régnait sur place. « Ces touristes aiment vraiment les animaux et sont persuadés que, pour les éléphants, c’est une expérience positive… C’est sans doute un des moments qu’ils pensent le plus authentique de leur voyage en Thaïlande. Sincèrement, je pense que personne n’est à l’abri de ce genre de naïveté. » Car derrière les sourires et l’absence de violence, la réalité est bien plus inconfortable.

Les touristes ignorent que pour être aussi dociles et capables de poser avec des humains sans leur faire courir de danger, ces jeunes éléphants sont domptés de façon brutale. Séparés de leur mère dès leur plus jeune âge, entravés et enfermés dans une minuscule cage pendant des jours, ils sont frappés et piqués régulièrement à l’aide d’un crochet de métal, jusqu’à avoir une peur terrible de l’homme : une technique ancestrale connue en Thaïlande sous le nom de phajaan, mot qui signifie « écraser », et qui consiste à briser la volonté des éléphants pour les soumettre.

Il vous reste 74.21% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

To Top
Recherche.fr