Connect with us

« Les malades fragiles continuent à subir la triple peine de la maladie, de la privation de vie relationnelle et de la menace d’un virus »

HRrXLF

Sciences

« Les malades fragiles continuent à subir la triple peine de la maladie, de la privation de vie relationnelle et de la menace d’un virus »

« Les malades fragiles continuent à subir la triple peine de la maladie, de la privation de vie relationnelle et de la menace d’un virus »

HRrXLF

Tribune. Nous, médecins des hôpitaux, médecins transplanteurs, néphrologues, infectiologues, hépatologues et virologues, voulons témoigner avec les malades fragiles que nous soignons : il y a quelques jours, des patients transplantés et dialysés, des insuffisants rénaux, des patients immunodéprimés se sont adressés au président de la République pour l’alerter sur leur très grande vulnérabilité et lui demander de les protéger, alors que l’épidémie de Covid-19 se poursuit et que nous sommes à l’aube de la quatrième vague.

Ils sont 100 000 patients, dialysés et greffés rénaux, auxquels viennent s’ajouter des dizaines de milliers de malades transplantés d’autres organes vitaux et des personnes immunodéprimées par d’autres maladies et leurs thérapeutiques ; 250 000 patients au total.

Nous partageons les inquiétudes de nos patients et nous souscrivons à leur demande. Dans nos centres, jusqu’à 15 % des patients infectés par le virus SARS-CoV2 sont décédés du fait du Covid, en 2020 mais aussi en 2021. De nombreux malades gardent des séquelles importantes d’une longue hospitalisation, très souvent nécessaire, notamment en réanimation.

Malgré les progrès dans la prévention et la prise en charge de cette infection, et malgré une campagne de vaccination d’envergure, le nombre de contaminations dans cette population reste important, comme le recours à l’hospitalisation en soins critiques et, malheureusement, le décès.

Des histoires médicales douloureuses

Du fait d’un système immunitaire affaibli pour accepter le greffon, la réponse vaccinale est diminuée. La dialyse peut aussi altérer les défenses des organismes, et les patients dialysés ont payé un lourd tribut à cette maladie. En recommandant une troisième dose chez les patients immunodéprimés, la France a été pionnière. Il a été montré que cette dose supplémentaire est sûre et efficace.

Malheureusement, elle reste insuffisante pour certains d’entre eux. Ceux-là pourront voir leur immunité contre ce virus renforcée par une quatrième dose, à condition que l’accès à celle-ci devienne simple et rapide.

Mais certains resteront non ou insuffisamment protégés. Des données américaines très récentes du centre John Hopkins (Baltimore, Maryland) montrent qu’un patient transplanté ayant reçu deux doses vaccinales a un risque de contracter le SARS-CoV-2 82 fois supérieur à celui de la population générale, tandis que celui d’être hospitalisé ou d’en mourir est multiplié par 485.

Nos patients, que nous suivons parfois depuis des décennies, ont des histoires médicales longues, complexes et douloureuses. Pourtant, ils ont une famille, travaillent et aspirent légitimement à retrouver leur vie sociale.

Il vous reste 49.86% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

To Top
Recherche.fr