Connect with us

L’espèce humaine confrontée à ses limites, au Musée de l’homme

63TViW

Sciences

L’espèce humaine confrontée à ses limites, au Musée de l’homme

L’espèce humaine confrontée à ses limites, au Musée de l’homme

Ce « Totem Family », par Marcus Coates, donne le ton, dès l’entrée de l’exposition.

L’exposition. Longtemps, nous avons cru trôner au sommet de la pyramide du vivant. Mais, en 1859, Darwin fissura cette hubris en ciselant sa théorie de l’évolution. C’est par là, en resituant la place de notre espèce au sein du monde animal, que s’ouvre cette exposition au Musée de l’homme. Un parcours troublant, qui nous confronte à nos limites, celles de chacun de nous en tant qu’individu, comme celles de notre espèce. Pour une prise de conscience et un sursaut qui, sait-on jamais, peut encore être salutaire ?

Ce parcours convoque souvent l’humour – parfois teinté de noir. Tout en croisant les savoirs, il accorde une belle place à l’art contemporain. Vous serez ainsi accueillis par un homme éclaté, « Quadrum », conçu pour l’occasion par Samuel Yal, qui donne à voir des fragments d’empreintes d’argile du corps humain, comme autant de constructions culturelles éparses. Mais aussi comme une humanité en suspens, incertaine de son avenir.

« Je suis un animal d’exception ». Cette première étape, au titre provocateur, vous propose dès l’entrée un drôle de totem : une famille de quatre êtres hybrides, au corps humain et à tête d’animal. « Ils nous interrogent sur les frontières homme-animal, de plus en plus brouillées », explique Judith Naslednikov, une des commissaires de l’exposition. La suite en offre quelques exemples, tels ces films animaliers de la BBC, « vraiment bluffants, selon Evelyne Heyer, anthropologue et commissaire scientifique. Les animaux ne sont pas si bêtes ». Mais où est passé le propre de l’homme ? Dans le langage articulé, qui a permis à nos sociétés humaines de bénéficier d’une culture cumulative au fil du temps.

« Je suis immortel »

La deuxième étape, « Je suis un champion », explore nos performances physiques. Vous y découvrirez le rôle des morphotypes, l’importance de l’entraînement, du mental et de la créativité. « Un champion, c’est une personnalité qui invente un geste, un style spécifique », relève Benjamin Pichery, réalisateur à l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep). Autre facteur-clé, la technologie qui s’hybride au corps pour renforcer la performance, comme l’a si bien illustré Oscar Pistorius, avant ses dérives judiciaires. Le handicapé de demain sera-t-il le valide d’aujourd’hui ?

« 1.9 », exosquelette , 2017, du photographe Matthieu Gafsou.

Si vous aviez le choix, quel enfant « idéal » voudriez-vous avoir ? Un quiz imaginant des technologies complètement futuristes nous invite à nous interroger sur l’usage qu’on choisit de faire du progrès. Convoquant des problématiques contemporaines, Evelyne Heyler confie : « Je reste marquée par le fait qu’il manque 160 millions de femmes sur la planète à la suite de l’accès étendu au diagnostic prénatal en Inde et en Chine. » Ce n’est pourtant pas la technologie qui fait la société, mais l’usage qu’en fait la société qui importe.

Il vous reste 17.9% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

To Top
Recherche.fr