Connect with us

« L’homme augmenté, je ne sais pas faire. Je fais de l’homme réparé »

Sciences

« L’homme augmenté, je ne sais pas faire. Je fais de l’homme réparé »

« L’homme augmenté, je ne sais pas faire. Je fais de l’homme réparé »

Alim-Louis Benabid, en février 2016.

Du 6 au 9 septembre, un Sommet des neurosciences s’est tenu à Crans-Montana, en Suisse. Objectif : accélérer la découverte de nouvelles cibles thérapeutiques. A cette occasion, un point sur les nouvelles neurotechnologies pour les maladies neurodégénératives a été fait par le neurochirurgien français Alim-Louis Benabid. Membre de l’Académie des sciences, il a reçu le prix Lasker pour la recherche clinique 2014 (le Nobel américain) pour la mise au point de la stimulation cérébrale profonde (SCP) qui a révolutionné le traitement de la maladie de Parkinson avancée.

Comment avez-vous découvert les effets de la SCP, qui réduit les troubles moteurs des patients ?

Il faut savoir que la maladie résulte de la dégénérescence des neurones qui produisent la dopamine. Ces cellules se trouvent dans la « substance noire », une petite zone du tronc cérébral. En temps normal, elles libèrent leur dopamine dans des structures cérébrales profondes, les « noyaux gris centraux », impliqués dans la motricité notamment. Un patient parkinsonien perd chaque année 10 % de ses neurones dopaminergiques. Quand 30 % à 50 % de ces cellules ont disparu, il développe des symptômes moteurs : tremblements, akinésie, soit la difficulté à initier le mouvement, et rigidité musculaire.

Dans les années 1970, on avait observé qu’en détruisant par électrocoagulation certaines zones du thalamus, une structure reliée aux noyaux gris centraux, on supprimait ces tremblements. Mais si l’on se trompait de cible, on pouvait provoquer des effets indésirables irréversibles (paralysies, pertes de sensibilité…) ! Il fallait donc identifier avec soin la zone à détruire. Pour cela, on stimulait les régions voisines à l’aide de fines électrodes délivrant un courant alternatif de basse fréquence (moins de 100 hertz). Le patient, éveillé, nous décrivait ce qu’il ressentait. Cela permettait de ne cibler que la « bonne » zone. Le risque d’erreur, cependant, nous hantait.

C’est là qu’intervient la part de la chance dans votre découverte…

Oui, et de la curiosité ! En 1987, j’ai voulu connaître quels seraient les effets d’une stimulation à haute fréquence (130 hertz) du thalamus. A ma grande surprise, les tremblements disparaissaient ! En 1997, la technique a été améliorée en changeant de cible, et le neurologue Pierre Pollak a affiné les paramètres de la stimulation. Chez les parkinsoniens, on stimule désormais le noyau sous-thalamique, une structure de la taille d’un petit pois qui va agir sur les noyaux gris centraux pour inhiber non seulement les tremblements, mais aussi l’akinésie et la rigidité. Pour cela, le neurochirurgien implante dans le cerveau de très fines électrodes qui sont reliées, par des câbles sous-cutanés, à un pacemaker implanté sous la clavicule. Gros atout, ce traitement est parfaitement réversible, car on peut stopper la stimulation. C’est une sécurité, d’où une flambée d’intérêt pour cette intervention. Plusieurs centaines de milliers de parkinsoniens en ont bénéficié dans le monde. Mais la procédure reste invasive, donc réservée aux stades évolués de la maladie.

Il vous reste 67.53% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

To Top
Recherche.fr