Connect with us

LIVRE. « In Tenebris » ou le paranormal au prisme de la science

Sciences

LIVRE. « In Tenebris » ou le paranormal au prisme de la science

LIVRE. « In Tenebris » ou le paranormal au prisme de la science

Des ampoules électriques qui explosent inexplicablement dans un cabinet d’avocats de Rosenheim, une petite ville allemande, en Bavière, à la fin des années 60… Un château des gorges de l’Allier où un « fantôme » se laisse complaisamment photographier une nuit de 1984… La vision d’une forme noire, glissant dans les couloirs d’un lycée, qui plonge dans de violentes crises d’hystérie des élèves et professeurs d’un établissement de Malaisie, en 2016… Tels sont trois des cas mystérieux que Marine Benoit, journaliste à Sciences et Avenir – La Recherche, passe au crible de l’expertise scientifique dans son livre « In Tenebris » (éditions Payot).

Gare aux paréidolies

Le déroulé de ces histoires à frissonner permet de révéler toutes les chausse-trappes de la perception. Celles qui font prendre les vessies pour des lanternes, et les ombres d’un mur en crépi pour le rictus du malin. Il y a, justement, la fameuse paréidolie, cette illusion qui consiste à donner un sens à une forme qui n’en a pas. « Des nuages, la mousse d’un cappuccino, un papier peint, un reflet, une ombre… Tout peut être un terrain de jeu pour le cerveau humain », écrit la journaliste. Elle évoque une étude menée par des chercheurs de l’Université d’Helsinki (publiée par Applied Cognitive Psychology en 2013) montrant qu’on déniche plus volontiers les silhouettes ou les visages dans les taches… quand on est sensible aux thèses paranormales !

Barnum et Covid

Citons aussi l’effet Barnum, du nom de cette légende du cirque et businessman avant l’heure : « Il désigne le biais qui induit toute personne à entendre une vague description (…) comme un discours s’appliquant spécifiquement à elle-même ». P. T. Barnum l’avait employé dans un numéro faisant croire à la télépathie. Les lecteurs des dictionnaires médicaux pourront aussi s’y reconnaître ! Mais si « In Tenebris » frappe juste, c’est aussi par son rappel, toujours utile en ces temps de confusion covidienne, de ce qu’est la méthode scientifique. Cette approche longue et rigoureuse sans laquelle rien ne peut être prouvé scientifiquement. Pas plus les traitements anti-pandémiques que les apparitions fantomatiques.

Avant le livre, le podcast

« In Tenebris » est aussi un podcast indépendant que Marine Benoit a développé dès 2017. Chaque épisode se développe en deux parties : la première expose le cas mystérieux, raconté sous la forme d’un récit. Dans la seconde, un expert est interrogé par la journaliste afin de lever – au moins partiellement – le voile sur le mystère. Tous les épisodes de « In Tenebris » sont accessibles en ligne.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

Trending

On en parle

To Top
Recherche.fr