Connect with us

L’œil du télescope spatial James-Webb s’est ouvert

fJyLsU

Sciences

L’œil du télescope spatial James-Webb s’est ouvert

L’œil du télescope spatial James-Webb s’est ouvert

Il y avait plus que du soulagement dans l’air à la NASA, samedi 8 janvier, lorsqu’il a été annoncé que le miroir primaire du télescope spatial géant James-Webb, grande mosaïque de 18 hexagones, était complètement déplié. La première phase de la mise en route de cet instrument de dix milliards de dollars (8,8 millions d’euros), qui était aussi la plus délicate, venait de s’achever.

Animation par ordinateur réalisée par la NASA pour décrire le déploiement des éléments composant le téléscope, qui ont dû être repliés pour entrer dans la fusée Ariane.

« Bien que le voyage ne soit pas terminé, je me joins à l’équipe Webb pour respirer un peu plus facilement et imaginer les futures percées appelées à inspirer le monde », a déclaré l’administrateur de la NASA, Bill Nelson. « Le télescope spatial James-Webb est une mission sans précédent qui est sur le point de voir la lumière des premières galaxies et de résoudre les mystères de notre Univers, a-t-il ajouté. Chaque exploit déjà réalisé et chaque future avancée portent la marque des milliers d’innovateurs qui ont mis leur passion au service de cette mission. »

Les propos de Bill Nelson ne sont pas si grandiloquents qu’ils en ont l’air car le déploiement du Webb constituait une véritable prouesse technique. Pour tenir sous la coiffe de la fusée Ariane-5 qui lui a fait quitter la Terre le 25 décembre 2021, le télescope spatial était compacté comme un bourgeon d’hibiscus. Plusieurs opérations mécaniques complexes devaient donc avoir lieu dans l’espace afin que cette grande fleur astronomique s’ouvre parfaitement.

Bouclier thermique immense

Les opérations ont commencé avec le bouclier thermique du Webb. Le télescope opérant dans l’infrarouge, il faut absolument le protéger de toute source de chaleur, à commencer par le Soleil et le couple Terre-Lune – auxquels il tournera le dos en permanence –, mais aussi de la chaleur qui émane de lui-même, tout au moins des systèmes qui assurent son positionnement dans l’espace, son alimentation électrique et la communication avec la Terre. Sous le miroir et ses instruments a donc été installé un bouclier thermique presque aussi grand qu’un terrain de tennis et composé de cinq couches ultra-fines. Celles-ci ont été tout d’abord déballées, étirées puis tendues, au cours d’opérations qui ont duré plusieurs jours.

Puis cela a été le tour du miroir secondaire du télescope d’être installé, maintenu par trois longs mats face au miroir principal. Il aura pour rôle de recevoir la lumière collectée par ce dernier et de la renvoyer vers les instruments. La phase de déploiement s’est achevée, vendredi 7 et samedi 8 janvier, avec la mise en place des deux « pétales » latéraux du miroir principal qui avaient été repliés pour entrer dans la fusée.

Il vous reste 20.09% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

Trending

On en parle

To Top
Recherche.fr