Connect with us

Machine de Marly : les grandes pompes du Roi-Soleil

H7odws

Sciences

Machine de Marly : les grandes pompes du Roi-Soleil

Machine de Marly : les grandes pompes du Roi-Soleil

H7odws

Le système le plus complexe de son siècle ! Ainsi les ingénieurs du 17e siècle qualifiaient-ils la machine de Marly, due à l’initiative de Louis XIV. Celui-ci, qui voulait faire chanter chaque fontaine du parc de Versailles, sollicita les experts en hydraulique de toute l’Europe. L’élu, le baron liégeois Arnold de Ville, demanda à l’artisan charpentier Rennequin Sualem de dresser les plans d’une pompe capable de puiser l’eau dans la Seine et de la remonter sur 162 mètres, par les coteaux de Louveciennes, jusqu’au château royal.

1700 tonnes de fer, 800 tonnes de plomb et d’acier

À partir de 1681, et durant trois ans, 1800 ouvriers s’attelèrent à sa réalisation. À Marly, à 12 kilomètres de Paris, ils assemblèrent 1700 tonnes de fer, 800 tonnes de plomb et d’acier, 100.000 tonnes de bois pour faire tourner 14 roues de 12 mètres de diamètre, mises en branle par le courant de la Seine. Chacune actionnait une série de pompes (250 au total) dont le mouvement était transmis par un réseau de chaînes s’étirant sur 700 mètres. Un premier système de pompes aspirait l’eau du fleuve et la refoulait vers un puisard situé 50 mètres plus haut. Un deuxième ensemble de machines propulsait l’eau 56 mètres au-dessus. Un troisième, enfin, la faisait parvenir 56 mètres plus haut, à l’aqueduc de Louveciennes, lequel la conduisait jusqu’au réservoir des Deux-Portes, à Marly-le-Roi.

Problème : cette machine demandait un entretien considérable

Très content du résultat, Louis XIV inaugura la machine le 13 juin 1684. Dans un bruit d’enfer, elle délivrait, dans ses débuts, 5000 mètres cubes par jour. Mais quelques années suffirent pour qu’elle s’essoufflât. Elle demandait un entretien considérable : les pièces se cassaient, les joints fuyaient… En grande partie détruite en 1817, elle fut remplacée par une installation plus moderne puis, en 1864, par une machine à six roues, qui devait rester en service jusqu’en 1963. Aujourd’hui, il ne reste du « monstre » que quelques bâtiments, comme l’aqueduc de Louveciennes ou le réservoir de Marly.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

To Top
Recherche.fr