Connect with us

Pakistan: à Lahore, on ne tombe pas malade du Covid, mais de la pollution de l’air

JJLg8U

Sciences

Pakistan: à Lahore, on ne tombe pas malade du Covid, mais de la pollution de l’air

Pakistan: à Lahore, on ne tombe pas malade du Covid, mais de la pollution de l’air

Des habitants aux yeux rougis qui toussent continuellement, l’odeur insidieuse de la fumée, des voitures qui allument leurs phares en plein milieu de la journée pour se repérer: le smog a une nouvelle fois enveloppé la ville pakistanaise de Lahore, au grand désespoir de la population.

Avec ses plus de 11 millions d’habitants, la deuxième plus grande ville du Pakistan, située dans l’Est près de la frontière avec l’Inde, est fréquemment classée parmi celles ayant l’air le plus pollué au monde.

C’est encore le cas depuis quelques jours. Comme ces dernières années, à pareille époque, le smog atteint des niveaux préoccupants au Pakistan, et notamment à Lahore et dans sa province du Pendjab.

Comme en Inde voisine, la chute des températures accompagnée de vents faibles plaque au sol la pollution, issue de brûlis agricoles et d’émissions industrielles ou automobiles, générant problèmes respiratoires et cardiaques.

Syed Hasnain vient tout juste de faire admettre son fils de quatre ans à l’hôpital Mayo de Lahore.

« Il toussait, ne parvenait pas à respirer convenablement et avait une forte fièvre. Nous pensions que peut-être il avait attrapé le coronavirus (…) mais les docteurs nous ont dit qu’il avait une pneumonie causée par le smog », raconte-t-il à l’AFP.

« C’est très inquiétant », reconnaît-il. « Je savais que le smog pouvait être mauvais pour la santé, mais je ne pensais pas que ce serait mauvais au point que mon fils doive être hospitalisé. J’ai une fille plus âgée, qui a sept ans, et je m’inquiète pour sa santé également. »

– ‘Un problème même en classe’ –

Mercredi matin, Lahore a momentanément été classée la ville avec la pollution atmosphérique la plus élevée au monde par le réseau spécialisé AirVisual.

La visibilité des automobilistes réduite par le smog épais à Lahore, 17 novembre 2021 (AFP - Arif ALI)

La visibilité des automobilistes réduite par le smog épais à Lahore, 17 novembre 2021 (AFP – Arif ALI)

Le taux de particules fines PM2,5, les plus dangereuses, y était de 348 microgrammes par mètre cube d’air(μg/m3), soit 23 fois le niveau recommandé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

M. Hasnain n’est pas le seul à s’inquiéter pour la santé des enfants. Dans les écoles de la ville aussi, on observe de près les effets de la pollution de l’air.

« La pollution est un problème même en classe. Nous voyons des enfants avec des yeux rouges et irrités, d’autres toussent en permanence », relève Nadia Sarwar, enseignante dans une école publique.

En Inde, les autorités de la capitale New Delhi ont fermé les écoles jusqu’à la fin du mois à cause de la pollution atmosphérique.

Mme Sarwar ne pense toutefois pas que ce soit la solution. Les enfants ont déjà manqué les cours pendant trop longtemps à cause du coronavirus et cela reviendrait à « les punir pour un problème qu’ils n’ont pas causé ».

Pour les adultes aussi, cette période qui dure généralement trois ou quatre mois, est difficile. Rana Bibi, 39 ans et mère de trois enfants, utilise son dupatta, le long foulard traditionnel, comme masque en attendant le pousse-pousse qui la ramènera chez elle.

– ‘Rien ne se passe’ –

« La fumée me fait mal aux yeux et à la gorge. C’est pour ça que je me couvre le visage comme ça. D’abord, ils nous ont fait faire ça pour le corona(virus), mais maintenant je le fais moi-même », dit cette femme de ménage.

« Quand je rentre chez moi, je sens toujours la fumée: mes vêtements, mes cheveux, mes mains sont sales. Mais que faire? Je ne peux pas juste rester assise chez moi. Il faut faire avec. »

Un homme attend de prendre les transports en commun dans le brouillard de pollution à Lahore, 18 novembre 2021 (AFP - Arif ALI)

Un homme attend de prendre les transports en commun dans le brouillard de pollution à Lahore, 18 novembre 2021 (AFP – Arif ALI)

D’après Air Visual, le Pakistan était en 2020 le deuxième pays au monde pour sa pollution atmosphérique – derrière le Bangladesh mais devant l’Inde – et Lahore la 18e ville à l’air le plus vicié.

La population pakistanaise a commencé à prendre conscience de la situation. Des purificateurs à bas coût ont été fabriqués, diverses initiatives menées et des actions en justice contre l’administration lancées.

Mais les autorités ont tardé à réagir, accusant l’Inde de provoquer le smog ou contestant les chiffres de la pollution.

« Chaque année, on lit aux infos que Lahore est la ville la plus polluée ou avec le pire smog au monde. (Mais) rien ne se passe. Personne ne s’en préoccupe », s’indigne Saira Aslam, qui travaille pour une entreprise du secteur technologique.

Elle ne masque pas sa colère. « Le gouvernement s’en est sorti l’an passé parce qu’on était tous à la maison à cause du confinement. Mais ils ne peuvent pas continuer à faire comme si tout allait bien ».

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

Trending

On en parle

To Top
Recherche.fr