Connect with us

Pourquoi doit-on retourner vers des modes de vies plus sobres ?

IEGBfC

Sciences

Pourquoi doit-on retourner vers des modes de vies plus sobres ?

Pourquoi doit-on retourner vers des modes de vies plus sobres ?

IEGBfC

La notion de sobriété est une notion ancienne. Qui, dans le contexte actuel, semble vouloir être remise au goût du jour. Dans différents domaines, mais avec à l’esprit toujours, l’idée de modération.

Selon le baromètre de la consommation responsable publié en mai 2021 (GreenFlex, Ademe), 93 % des Français estiment qu’il faut revoir tout ou une partie de notre modèle économique. Et 61 % considèrent que consommer de manière responsable, aujourd’hui, c’est avant tout supprimer le superflu (+3 % par rapport au baromètre 2019). La sobriété, résumée en deux mots, c’est un peu ça. Mais le sujet est vaste et complexe. Il est d’ailleurs débattu avec passion depuis plusieurs semaines déjà sur la plateforme EDF Pulse & You. Vous aurez peut-être aussi votre mot à dire…

En attendant, si l’on revient à la définition donnée par le Larousse, la sobriété correspond à la qualité de quelqu’un qui se comporte avec retenue. Qui opte pour la simplicité et évite l’accessoire. C’est en ce sens que la sobriété pourrait apporter des réponses à nos difficultés actuelles : réchauffement climatique, déclin de la biodiversité ou encore, accroissement des inégalités.

Rappelons d’abord qu’il s’agit là d’une notion que nous avons hérité de traditions philosophiques et religieuses anciennes. Mais un questionnement sur nos modes de vie moderne l’a faite ressurgir. Depuis l’idée de « simplicité volontaire » évoquée dans les années 1930 à celle de « halte à la croissance » proposée par le Club de Rome en 1972 en passant par les critiques de la « société de consommation » développée dans les années 1960 et 1970.

Bousculer nos modes de vie

Aujourd’hui, en France, le terme renvoie surtout à l’idée de sobriété énergétique. La notion est bien différente de celle d’efficacité. Mais elle apparait tout à fait complémentaire. Car, si toutes les deux permettent de limiter nos consommations d’énergie, la seconde propose de les fixer à un niveau « suffisant ». En s’organisant pour favoriser la modération, en dimensionnant parfaitement nos équipements, en les utilisant mieux ou encore en les partageant, par exemple. Une manière de ne pas perdre le bénéfice de l’efficacité énergétique gagnée grâce aux réglementations thermiques en agrandissant nos maisons à l’excès ou en visant une température de chauffage inutilement élevée.

Et si, dans un sens plus large, certains associent simplement le terme de sobriété à celui de décroissance — avec les réticences qui vont avec —, la plupart des chercheurs, des acteurs économiques, des politiques ou encore des citoyens l’envisagent plutôt comme une manière de consommer moins tout en vivant mieux. Une manière de raccrocher une certaine limite dans notre consommation de biens et même de services à une augmentation de notre qualité de vie et de notre bien-être.

Ainsi l’idée de sobriété remet-elle en question notre manière même d’aborder la vie. Elle interroge nos représentations. Notre manière de considérer la consommation de masse comme un vecteur d’inclusion sociale. Elle vient en opposition totale avec l’omniprésence des messages publicitaires. Et appelle à réorienter notre économie vers des usages qui s’adapteraient à nos réels besoins. La sobriété, il faut le reconnaître, pourrait être difficile à adopter par certains, en fonction de leur lieu de vie ou de leur situation sociale. Mais, à la fin, elle viserait à générer tout autant de la valeur environnementale que sociale et un mieux vivre pour tous. Vous avez peut-être des expériences à partager en la matière ? Alors, n’hésitez pas à rejoindre les Pulseurs déjà engagés dans le débat sur la plateforme EDF Pulse & You.

Sujet réalisé en partenariat avec les équipes d’EDF.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

Trending

On en parle

To Top
Recherche.fr