Connect with us

Sourire peut nous rendre heureux

GyG3Nd

Sciences

Sourire peut nous rendre heureux

Sourire peut nous rendre heureux

GyG3Nd

Carte blanche. Après une journée stressante, avez-vous déjà pris conscience du nombre de fois où vous avez serré la mâchoire ou froncé les sourcils ? A l’inverse, en vacances, détendu, vous êtes sans doute beaucoup plus souriant. Ces expressions faciales que nous produisons en permanence reflètent nos émotions de manière relativement fidèle. Mais se pourrait-il que l’inverse soit également vrai ? Est-ce que nos émotions pourraient résulter de nos mimiques faciales ?

Depuis le XIXe siècle, les chercheurs se posent cette question. Est-ce que nos expressions faciales peuvent déterminer nos états mentaux ? D’illustres scientifiques comme Charles Darwin ou encore William James ont proposé que la perception que nous avons de nos états physiques est à l’origine de notre ressenti émotionnel. Darwin pensait ainsi qu’être inhibé dans la réalisation d’une expression faciale pouvait en réduire le ressenti émotionnel. En cela, ces chercheurs illustres ont été les précurseurs du feedback facial (HFF), une hypothèse proposée beaucoup plus récemment et selon laquelle la production des expressions faciales et leur perception en retour (feedback) influencent le ressenti émotionnel. Ressentir nos contractions musculaires à l’origine d’un sourire nous pousserait donc à penser que nous sommes heureux.

Inhiber les expressions

Fritz Strack, de l’université de Mannheim, en Allemagne, et ses collègues ont ainsi enregistré le ressenti émotionnel de participants en fonction de leur capacité à produire des expressions. Les participants devaient évaluer le comique d’une situation en tenant un crayon entre leurs lèvres, entre leurs dents ou dans la main. Les résultats montrent qu’empêcher un sujet de sourire le pousse à juger une situation comme moins drôle. Joshua Davis et ses collègues de l’université de Columbia ont par la suite confirmé ces résultats en présentant des vidéos drôles ou tristes à des participants à qui l’on plaçait des électrodes sur le visage. Pour les pousser à inhiber leurs expressions faciales, on leur expliquait de manière tout à fait fallacieuse que les électrodes seraient inefficaces s’ils contractaient leurs muscles. Là encore, les résultats sont formels, en l’absence de production d’expression faciale, le ressenti émotionnel est significativement diminué.

Ralf Rummer, de l’université de Erfut, et ses collègues allemands ont quant à eux postulé que, lorsque l’on prononce un « i », on fait la même mimique que lorsque l’on sourit, alors que le « o » correspondrait plus à une émotion négative. Ces auteurs soulignent d’ailleurs que les mots en « i » ont une connotation positive dans plusieurs langues (« dear », « sweetie », « chéri »…) alors que les mots en « o » (« no » , « stop » , « ho ! ») signalent un danger. Partant de cette hypothèse, ces auteurs ont montré des vidéos drôles ou tristes à des sujets à qui ils ont demandé d’inventer des pseudo-mots. Et, comme on pouvait s’y attendre, les participants chez qui l’on avait induit une émotion positive ont inventé des mots contenant plus de « i » alors que ceux qui avaient été exposés à des vidéos tristes ont inventé des mots avec plus de « o ».

Il vous reste 19.38% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

To Top
Recherche.fr