Connect with us

Thomas Pesquet de retour sur Terre lundi

Sciences

Thomas Pesquet de retour sur Terre lundi

Thomas Pesquet de retour sur Terre lundi

Thomas Pesquet, dans la Station spatiale internationale, le 5 septembre 2021.

Il est temps d’abandonner les étoiles pour Thomas Pesquet. L’astronaute français et trois autres astronautes quitteront la Station spatiale internationale (ISS) dimanche, a annoncé la NASA, vendredi 5 novembre. Ils amerriront au large de la Floride « pas plus tôt » que lundi à 12 h 14 GMT (13 h 14 à Paris), après avoir passé plus de six mois dans l’espace.

« Alors qu’on se prépare à partir, il y a un peu un sentiment doux-amer », a déclaré Thomas Pesquet lors d’une conférence de presse depuis la station spatiale. « Il se pourrait qu’on ne revienne jamais voir l’ISS, et c’est vraiment un endroit magique. »

L’équipage de Crew-2, composé de Thomas Pesquet, du Japonais Akihiko Hoshide et des Américains Shane Kimbrough et Megan McArthur, rentrera ainsi sur Terre avant l’arrivée à bord de l’ISS des quatre astronautes de Crew-3, dont le décollage a été plusieurs fois retardé notamment à cause de la météo.

L’astronaute français de 43 ans termine la deuxième mission de sa carrière en orbite, Alpha. Il était arrivé à bord de l’ISS avec ses coéquipiers le 24 avril. Lors de sa précédente mission, Proxima, en 2016-2017, il avait atterri dans les steppes kazakhes. L’amerrissage sera donc une première pour lui. Cela devrait « être un peu plus doux sur l’eau », a dit Thomas Pesquet. « Ensuite, ce qu’il peut se passer, c’est que ça bouge un peu. »

« On a déjà un peu le mal de mer en rentrant sur terre, donc là en rentrant sur mer ça risque d’être encore pire, mais on verra bien », a-t-il ajouté. Après sa vertigineuse descente, la capsule Dragon sera récupérée sur l’un des lieux d’arrivée possibles, au large de la Floride, par un bateau de SpaceX.

Panne de toilettes

Crew-2 est la deuxième mission régulière assurée par l’entreprise d’Elon Musk pour le compte de la NASA. Le décollage de la troisième est lui finalement prévu pour mercredi à 21 h 03 heure de Floride (3 h 03 à Paris, jeudi), à bord d’une fusée Falcon 9 depuis Cap Canaveral. Les astronautes de Crew-3, les Américains Raja Chari, Kayla Barron et Tom Marshburn, ainsi que l’Allemand Matthias Maurer, sont en quarantaine au Centre spatial Kennedy depuis des jours.

L’agence spatiale envisage que la capsule de Crew-2 fasse, avant d’entamer sa descente vers la Terre, le tour de la station spatiale, afin d’en photographier l’extérieur. Un défi inattendu attend ensuite les quatre astronautes lors de leur voyage : ils ne pourront pas utiliser les toilettes de la capsule Dragon, un problème de fuite ayant été découvert. « Ça n’est bien sûr pas optimal, mais nous sommes préparés à gérer cela », a pudiquement commenté Megan McArthur vendredi.

Après son retour sur Terre et quelques tests pour vérifier son état de santé en Floride, Thomas Pesquet sera très rapidement transporté jusqu’à Cologne, en Allemagne, où se trouve le Centre européen des astronautes.

Une mission « très, très intense »

Il y suivra « pendant trois semaines un programme intense de remise en forme », et sera soumis aux mêmes tests qu’avant et durant son séjour en apesanteur, afin de contribuer à la collecte de données scientifiques sur l’effet d’un séjour long en orbite sur le corps humain.

« Et ensuite j’espère, première semaine de vacances depuis de nombreux mois », a-t-il dit vendredi. « J’ai même l’impression que ça fait des années. » Retraçant les six mois qui viennent de passer, il a qualifié la mission de « très, très intense ».

Thomas Pesquet a effectué quatre sorties extra-véhiculaire (« EVA ») en dehors de la station, notamment pour installer de nouveaux panneaux solaires. Cela l’amène à six sorties au total, après les deux réalisées lors de sa première mission Proxima. Il est également est devenu, le 4 octobre, le premier Français à prendre les commandes de la Station spatiale internationale.

Interrogé sur les moments qu’il retiendra, il a cité « les plus de 200 expériences » menées à bord, mais aussi la rencontre avec l’actrice, Ioulia Peressild, et le réalisateur, Klim Chipenko, russes venus durant douze jours tourner le premier film de l’Histoire dans l’espace.

« On ne savait pas trop comment se positionner au départ », a-t-il raconté. « Mais nous avons pu leur parler et tout a fini par très bien se dérouler. Nous avons hâte de voir le résultat. »

Le Monde avec AFP

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

Trending

On en parle

To Top
Recherche.fr