Connect with us

Tuberculose : contre les formes résistantes, des traitements encore plus courts

q1M6wl

Sciences

Tuberculose : contre les formes résistantes, des traitements encore plus courts

Tuberculose : contre les formes résistantes, des traitements encore plus courts

q1M6wl

Infectiologie. Dans la lutte contre la tuberculose, une nouvelle arme thérapeutique confirme son intérêt. Cette arme, c’est un protocole plus court, à base de quatre antibiotiques administrés par voie orale. Il s’adresse aux formes de tuberculose dites « multirésistantes », qui ne répondent pas aux thérapies de première ligne (isoniazide et rifampicine).

Ce protocole a été testé dans trois pays, la Biélorussie, l’Afrique du Sud et l’Ouzbékistan, sur 301 personnes atteintes de tuberculose multirésistante. Ses résultats intermédiaires ont été présentés le 22 octobre par Médecins sans frontières (MSF), qui a conduit l’essai, lors de la Conférence mondiale sur la santé respiratoire.

Ce traitement associe, sur une durée de six mois, la bédaquiline, la prétomanide, le linézolide et la moxifloxacine. Lors de l’analyse intermédiaire, il s’est montré « très efficace contre la tuberculose résistante », annonce MSF : 89 % des patients du groupe qui en bénéficiaient ont guéri, contre 52 % de ceux qui ont reçu les traitements standards recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour les formes multirésistantes (groupe contrôle). Etaient déclarés guéris ceux qui n’avaient plus de bacille de Koch (la bactérie responsable de la maladie) dans leurs crachats et qui ne présentaient plus de signes cliniques de la maladie. Quatre patients du groupe contrôle, par ailleurs, sont décédés de la tuberculose ou des effets secondaires du traitement, contre aucun de ceux bénéficiant du nouveau protocole. Dans ce dernier groupe, 80 % des patients n’ont présenté aucun effet secondaire notoire, contre 40 % de ceux du groupe de contrôle.

« Ces résultats semblent prometteurs, mais il faudra attendre d’avoir des données plus précises sur les traitements du groupe contrôle », estime le professeur Nicolas Véziris, responsable du Centre national de références sur les mycobactéries à l’hôpital Saint-Antoine (AP-HP), qui n’a pas participé à l’essai. Il note que le groupe contrôle a eu des performances médiocres, ce qui en fait un comparateur très favorable au nouveau protocole.

« Faire bouger les lignes »

Il n’empêche : cet essai, nommé TB-Practecal, est « le premier au monde à évaluer de manière randomisée et contrôlée l’intérêt d’un traitement court contre les tuberculoses multirésistantes », salue l’infectiologue. En clair, les patients ont été divisés au hasard en deux groupes qui ont été comparés, le premier recevant le nouveau traitement, le second les traitements standards recommandés par l’OMS.

Il vous reste 55.39% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

To Top
Recherche.fr