Connect with us

Un laxatif contre les trous de mémoire

vw7QAz

Sciences

Un laxatif contre les trous de mémoire

Un laxatif contre les trous de mémoire

vw7QAz

Pertes de mémoire, troubles du langage, difficultés d’apprentissage… Beaucoup de problèmes psychiatriques s’accompagnent de déficits cognitifs multiples que les médications actuelles sont impuissantes à traiter. Une équipe de chercheurs menée par Angharad de Cates et Susannah Murphy, du département de psychiatrie de l’université d’Oxford (Grande-Bretagne) vient de publier un résultat intéressant dans la revue Translational Psychiatry et pourrait avoir trouvé un candidat-médicament efficace. Insolite, ce médicament existe depuis plusieurs années pour traiter… la constipation.

Des études animales concluantes

Plusieurs études animales ont montré par le passé que des molécules ciblant l’un des récepteurs à la sérotonine (le 5-HT4) pouvaient se montrer prometteuses pour améliorer les fonctions cognitives. La sérotonine est le neurotransmetteur ciblé notamment par les médicaments contre la dépression (les IRS).

Mais de l’animal à l’être humain, il y a un monde et jusqu’à présent ces résultats prometteurs n’avaient jamais été reproduits. Pour courir le moins de risques possibles, l’équipe britannique a décidé de tester un médicament déjà bien éprouvé. Spécialement conçu pour se fixer sur ce récepteur à la sérotonine, le prucalopride est indiqué dans le traitement symptomatique de la constipation chronique. Il est essentiellement réservé aux femmes car son efficacité n’a pas été démontrée chez l’homme.

« Une amélioration de la mémoire »

44 volontaires âgés de 18 à 36 ans ont participé à l’étude. La moitié a reçu le prucolapride. L’autre, un placebo. Après une semaine, les chercheurs leur ont fait passer un IRM pour mesurer leur activité cérébrale. Avant de pénétrer dans l’appareil, une série d’images d’animaux ou de paysages était montrée à chacun d’entre eux. Qui devait, à la sortie de l’IRM, se soumettre à plusieurs tests de mémoire. La principale conclusion de notre étude est que six jours d’administration de prucalopride à de jeunes volontaires sains ont conduit à une amélioration de la mémoire et à une activité neurale augmentée dans les hippocampes, concluent les chercheurs. Le groupe prucalopride a identifié 81% des images. Le groupe témoin, 76%. Statistiquement, cela nous semble très significatif.

Commercialisé en France sous le nom Resolor, ce médicament est uniquement vendu sous ordonnance. En 2013, la Haute Autorité de Santé (HAS) statuait que les services médicaux rendus (SMR) du produit étaient insuffisants pour lui permettre d’être pris en charge par la Sécurité sociale. Le médicament n’est donc pas remboursé en France. Et il semble peu, voire très peu, prescrit. Interrogé, un pharmacien de quartier avoue : “Je n’en ai jamais vendu une seule boîte ! Il faut dire que la boîte de 28 comprimés de 1mg facturée à 90€ et celle des 2mg à 140 €, ça donne à réfléchir...“

S’il s’avère que cette molécule a effectivement des effets positifs sur la cognition, une reformulation comme “booster de mémoire“ pourrait sans nul doute lui redonner une seconde jeunesse…

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

To Top
Recherche.fr