Connect with us

Un taxi aérien pour éviter les nids de poule à Rome

GNgbFY

Sciences

Un taxi aérien pour éviter les nids de poule à Rome

Un taxi aérien pour éviter les nids de poule à Rome

GNgbFY

Avec des artères parsemées de nids de poule et une circulation automobile insupportable, la solution pour rejoindre le centre-ville de Rome de l’aéroport de Fiumicino pourrait bientôt être de prendre de l’altitude, avec la mise en service d’un taxi aérien électrique d’ici trois ans.

C’est en tout cas ce que clament dans un communiqué commun la société allemande Volocopter -concepteur du véhicule-, l’exploitant de l’aéroport de la capitale italienne ADR et la holding d’infrastructures de transport Atlantia, dans un communiqué commun.

Les responsables de ce projet, baptisé VoloCity – à l’étude également pour Paris et Singapour -, promettent de transporter les voyageurs de l’aéroport jusqu’au centre-ville en 20 minutes, sans émissions polluantes, à une vitesse maximale de 110 kilomètres/heure.

Certes, au début, seule une personne pourra monter à son bord avec le pilote. Ce « jusqu’à ce que l’appareil vole de manière totalement autonome », ce qui signifie qu’il pourra alors accueillir deux passagers, souligne le communiqué.

Le projet de Fiumicino requiert en outre encore l’aménagement de « vertiports » pour permettre à ces taxis d’un nouveau genre de décoller et d’atterrir à la verticale.

– « Un saut dans l’avenir » –

Jeudi à Rome, le VoloCity, d’un blanc étincelant, garé sur une place près de la célèbre fontaine de Trevi, faisait sensation auprès des passants.

« J’aurais aimé qu’ils pensent davantage au système ferroviaire avant de s’élever dans le ciel », a commenté Giuseppe, 32 ans, qui a refusé de donner son nom de famille.

Il reconnaît néanmoins que « c’est un saut dans l’avenir ». « Nous parlons d’aller sur Mars, alors c’est le moins que nous puissions faire », lâche-t-il avec ironie.

Les médias ont évalué à 140 euros le prix de la course dans ce véhicule aérien entre Fiumicino et le centre-ville, quand prendre un taxi normal revient à 48 euros et le train à 14 euros pour 32 minutes de trajet.

La capitale italienne souffre d’un système de transport public notoirement défaillant, avec en particulier des bus vieillissants qui prennent feu sporadiquement et des stations de métro souvent fermées des mois durant.

L’idée des taxis volants – éventuellement sans chauffeur – fait son petit bonhomme de chemin sur toute la planète, dans le cadre des efforts en vue de décongestionner les routes et de limiter la pollution.

Plusieurs entreprises, dont le géant des services de transport Uber et le constructeur automobile General Motors, travaillent sur ce que l’on appelle des « avions à décollage et atterrissage verticaux », mais des défis majeurs restent à relever, en particulier en ce qui concerne les questions de réglementation et de sécurité.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Sciences

To Top
Recherche.fr