in

L’astéroïde potentiellement dangereux Phaeton a un comportement qui intrigue les astronomes

[ad_1]

Comme Futura l’avait expliqué dans les précédant articles ci-dessous, l’astéroïdeastéroïde (3200) PhaétonPhaéton est le corps parent longtemps recherché des GéminidesGéminides, la pluie annuelleannuelle de météores de la mi-décembre. Il a d’abord été découvert par les astronomesastronomes Simon F. Green et John K. Davies qui analysaient des données prises dans l’infrarougeinfrarouge provenant d’observations datant du 11 octobre 1983 effectuées par le satellite de la NasaNasa appelé Iras (Infrared Astronomical Satellite). Provisoirement nommé 1983 TB et identifié comme faisant partie des astéroïdes géocroiseurs de la famille Apollon, c’est le grand spécialiste des comètes, l’astronome Fred Whipple, qui s’aperçoit le premier que les éléments orbitaux de 1983 TB coïncidaient avec les éléments orbitaux moyens de 19 météores photographiés, issus des Géminides, ce qui en faisait donc leur corps parent.

1983 TB fut officiellement nommé par la suite (3200) Phaéton car son orbiteorbite le conduit à se rapprocher périodiquement du SoleilSoleil plus que tout autre astéroïde connu, d’où le clin d’œilœil au mythe grec de Phaéton, fils du dieu du soleil Hélios.

(3200) Phaéton est très étudié et, avec ses 6 km de diamètre, il fait partie des objets potentiellement dangereux (en abrégé OPD ; en anglais Potentially Hazardous Object, PHO), c’est-à-dire des petits corps célestes dont la trajectoire passe suffisamment près de la Terre pour représenter une menace de collision. Rappelons que celui à l’origine de l’astroblèmeastroblème de Chicxulub devait avoir une dizaine de kilomètre de diamètre.

(3200) Phaéton ne présente pas de risque à court terme mais il passe suffisamment près de la Terre pour que l’on ait pu en brosser un portrait à l’aide du radiotélescope d’Arecibo, hélas détruit aujourd’hui.

(3200) Phaéton, une cible pour la mission Destiny+

En tant que géocroiseurgéocroiseur périodique, Phaéton se prête bien à une mission spatiale permettant de l’étudier de plus près et c’est pourquoi la Jaxa (Japan Aerospace Exploration Agency) — l’équivalent de l’Esa et de la Nasa –, se prépare à lancer en 2024 la sonde Destiny+ (acronyme de Demonstration and Experiment of Space Technology for INterplanetary voYage), sonde qui devrait atteindre Phaéton en 2028.

Or, il semble de plus en plus solidement établi que la rotation sur lui-même de Phaéton s’accélère au fil du temps. En effet, en utilisant des observations effectuées de 1989 à 2021, le planétologue Sean Marshall, en poste à l’observatoire d’AreciboArecibo — également connu sous le nom de National Astronomy and Ionosphere Center (Naic) — et qui ne se limite heureusement pas à un unique instrument, avait créé un modèle de la forme de l’astéroïde et de ses caractéristiques de rotation. Mais comme le chercheur l’explique dans un communiqué, il se trouve que, récemment, « les prédictions du modèle ne correspondent pas aux données. Les moments où le modèle était le plus brillant étaient clairement désynchronisés avec les moments où Phaéton était réellement observé comme étant le plus brillant. On a réalisé que cela pouvait s’expliquer par le fait que la période de rotationpériode de rotation de Phaéton changeait légèrement à un moment donné avant les observations de 2021, peut-être à partir d’une activité cométaire alors qu’il était proche du périhéliepérihélie en décembre 2020 ».

L’explication du chercheur semble plausible : Phaéton présente des caractéristiques physiquesphysiques assez inhabituelles car son orbite ressemble davantage à celle d’une comète qu’à celle d’un astéroïde. On le surnomme parfois pour cette raison « comète rocheuse », et ce d’autant plus qu’il existe des observations récentes montrant des éjectas de poussières, associés à cet astéroïde.

En fait, ce n’est pas le premier objet observé ayant l’aspect d’un astéroïde mais pouvant se comporter à l’occasion comme une comète en dégazant, et la composition de Phaéton est compatible avec l’idée qu’il serait le reste d’un noyau cométaire.

Toutefois, il faudrait avoir des éjections qui soient produites dans une direction préférentielle. On peut envisager aussi une influence du rayonnement du Soleil selon le fameux effet Yorp (Yarkovsky-O’Keefe-Radzievskii-Paddack, du nom des scientifiques l’ayant décrit) mais il semble trop faible à ce stade pour expliquer les observations.

Ce qui est certain, c’est que la période de rotation de Phaéton décroit régulièrement de 4 millisecondes par an. Selon Sean Marshall, « c’est une bonne nouvelle pour l’équipe Destiny+, car un changement constant signifie que l’orientation de Phaéton au moment du survolsurvol du vaisseau spatial peut être prédite avec précision, afin qu’ils [les scientifiques] sachent quelles régions seront éclairées par le Soleil ».


 

 

L’astéroïde Phaéton, associé aux Géminides, va « frôler » la Terre

Article de Xavier DemeersmanXavier Demeersman publié le 28/11/2017

La très belle pluie d’étoiles filantesétoiles filantes des Géminides, dont le pic d’activité se produira cette année dans la nuit du 13 au 14 décembre, est vraisemblablement alimentée par Phaéton. Deux jours plus tard, le 16 décembre, ce corps céleste de 5 km atteindra sa plus petite distance avec la Terre depuis plus de 40 ans. L’évènement est une excellente occasion pour les astronomes d’en apprendre plus sur cet astreastre qui ressemble à un astéroïde.

Le 16 décembre prochain, Phaéton — de son vrai nom 3200 Phaéton (1983 TB) — fera son passage le plus rapproché de la Terre depuis 1974. Mesurant, d’après les observations passées, environ 5 km, il est le troisième plus gros astéroïde géocroiseur potentiellement dangereux. Mais pas de panique pour cette nouvelle visite : l’objet passera à quelque 10 millions de kilomètres, soit près de 27 fois la distance moyenne entre notre planète et la LuneLune.

Cette proximité, qui ne présente donc aucun danger est, surtout, une formidable occasion pour les chercheurs d’éclaircir la nature ambiguë de cet objet céleste découvert au début de l’automneautomne 1983. (Il n’y aura pas d’aussi faible distance entre la Terre et Phaéton avant 2093.) À Goldstone et à Arecibo, on se prépare à cette visite. « Nous espérons obtenir des images détaillées avec des résolutionsrésolutions aussi fines que 75 m par pixelpixel à Goldstone et 15 m par pixel avec Arecibo, s’enthousiasme l’équipe de l’antenne de Goldstone. Les images devraient être excellentes pour obtenir un modèle 3D détaillé. »

Bien que son nom signifie à l’origine en grec ancien « brillant », Phaéton est un objet plutôt sombre. Les astronomes ont choisi de l’appeler ainsi car au cours de son orbite très elliptique d’une année et demie, il s’approche jusqu’à 20 millions de kilomètres seulement du Soleil, lors de son périhélie. Dans la mythologie grecque, Phaéton est le fils d’Hélios et de Clyméné qui, un peu vantard, avait fini par convaincre son père de pouvoir conduire le char du Soleil à travers la voûte céleste. Mais malheureusement pour lui — et heureusement pour tout le monde –, très maladroit, effrayé par les créatures du zodiaquezodiaque (notamment par le Scorpion) et ne parvenant pas à maîtriser les chevaux, il fut foudroyé par Zeus avant qu’il ne renverse le char et embrase la Terre et le ciel…

Ne manquez pas la belle pluie d’étoiles filantes des Géminides

Phaéton intrigue : de par les similitudes de son orbite avec celle des courants de débris à l’origine des Géminides, il est considéré comme le corps-parent de cet essaim météoritiqueessaim météoritique. Toutefois, son comportement fait davantage penser à un astéroïde qu’à une comète. À moins qu’il ne soit le noyau inactif d’une comète… Par le passé, des astronomes ont déjà surpris des émissions de poussières mais les observations ont montré des tailles inférieures à celles qui pénètrent notre atmosphèreatmosphère lors de la pluie d’étoiles filantes annuelle. Il est possible néanmoins, comme le proposent les chercheurs, que des sursautssursauts d’activité plus forts nous aient échappé jusqu’à présent.

Est-ce que le passage de Phaéton dans le voisinage de la Terre aura un effet sur les Géminides de 2017 ? Pas vraiment. Mais cela ne doit pas dissuader de regarder cet essaim météoritique qui est — on ne le dira jamais assez –, l’un des plus beaux de l’année. Actif entre le 7 et le 17 décembre, il a plusieurs fois fait le bonheur des observateurs avec des pics de 160 météores par heure à son maximum.

Cette année, cela devrait se produire dans la nuit du 13 au 14 décembre. Le minimum attendu devrait être de 120 météores par heure. Alors, n’hésitez pas à braver les nuits fraîches de l’hiverhiver, à l’affût de ces petits grains qui tombent assez lentement dans l’atmosphère. D’autant plus qu’à cette date-là, la Lune sera absente presque toute la nuit.

Les Géminides doivent leur nom à la position du radiantradiant au sein des Gémeaux. Située au-dessus d’Orion, la constellation est très haute dans le firmament au cœur des nuits d’hiver, aux latitudeslatitudes moyennes.

Pour en savoir plus et ne pas rater ce genre d’évènements, consultez nos éphémérides astronomiques :

Les éphémérides de Futura


Article de Jean-Baptiste Felmann publié le 17 décembre 2012

L’un des plus beaux essaims météoritiques de l’année a de nouveau comblé les observateurs les moins frileux avec un maximum d’activité spectaculaire les 13 et 14 décembre, accompagné pour la première fois d’une autre pluie d’étoiles filantes.

Certains spectacles célestes ne sont réservés qu’aux plus motivés des astronomes ; c’est le cas de l’essaim météoritique des Géminides qui, chaque année, ponctue la fin de l’automne par un beau festival céleste. Si le ciel est clair, il faut se préparer à passer deux ou trois nuits dans un froid glacial, loin de toute pollution lumineuse, pour pouvoir admirer quelques-unes des poussières abandonnées par 3200 Phaéton et qui se consument dans un éclat de lumière lorsqu’elles traversent l’atmosphère terrestre. Ce n’est pas l’astrophotographe Babak Tafreshi qui nous contredira, lui qui en décembre 2011 avait choisi les monts Karkas au cœur de l’Iran pour mener la chasse aux Géminides.

Mais qui est donc 3200 Phaéton ? Si l’essaim des Géminides est connu depuis le XIXe siècle (il tire son nom de la constellation des Gémeauxconstellation des Gémeaux d’où semblent jaillir ces météores), 3200 Phaéton a été découvert au mois d’avril 1983 par le satellite infrarouge Iras. On a d’abord pensé qu’il s’agissait d’un astéroïde, mais son orbite suggère qu’il s’agit plus vraisemblablement d’une très ancienne comète trop usée pour développer une chevelure et une queue.

La surprise de 2012 : des météores associés à 46P/Wirtanen

Actif du 7 au 17 décembre, l’essaim des Géminides peut produire à son maximum plus de 100 météores à l’heure (une fréquencefréquence comparable aux Perséides du mois d’août) avec en prime de nombreuses étoiles filantes très brillantes. Cette année les observateurs étaient avantagés par l’absence de la Lune. Après une dernière apparition à l’aubeaube avec Mercure et Vénus le 12 décembre, notre satellite naturel se faisait discret avant son retour dans le ciel du soir à partir du 16. Des conditions idéales pour observer le maximum d’activité des Géminides dans un ciel bien noir les 13 et 14 décembre, et ceux qui ont échappé aux nuagesnuages n’ont pas été déçus.

De très beaux météores particulièrement lumineux ont été observés et photographiés, que ce soit sous les aurores boréales depuis le nord de l’Europe, en Grèce ou encore dans le désertdésert de l’Arizona. Mais la surprise est venue de l’étude des orbites de 56 météores enregistrés la nuit du 12 au 13 décembre dans le sud des États-Unis par un réseau de caméras automatiques de la Nasa. En plus des étoiles filantes dont la trajectoire correspond à celles des Géminides, plusieurs météores d’une autre origine ont été enregistrés. Leur trajectoire laisse supposer qu’ils sont associés à la comète périodique 46P/Wirtanen, une comète à courte période (5,4 ans) découverte en 1948. Ce nouveau courant météoritique, qui pourrait produire jusqu’à 30 météores par heure, a commencé à se manifester pour la première fois le 10 décembre avec le passage d’un météore très lent dont la luminositéluminosité était comparable à celle de Jupiter.

Les chasseurs d’étoiles filantes peuvent maintenant passer les fêtes de fin d’année bien au chaud avant de retourner contempler le ciel la première semaine de janvier, où un autre essaim très actif les attend, celui des Quadrantides.

 

 

[ad_2]

What do you think?

Written by Stephanie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment le cancer échappe au système immunitaire

L'électricité sans fil, c'est pour bientôt et ça nous tombe du ciel !