in

Des dizaines de milliards de dollars de financement de l’IRA seront désormais affectés à la justice environnementale.

Alors que les fonds commencent à être débloqués pour le projet de loi historique sur l’énergie propre et le climat aux États-Unis, une grande partie des avantages sera désormais officiellement réservée aux communautés défavorisées. Les programmes totalisant 118 milliards de dollars de financement fédéral grâce à l’Inflation Reduction Act auront désormais l’obligation de garantir que au moins 40 % des avantages qu’ils produisent bénéficient aux communautés défavorisées aux États-Unis. Le gouvernement Biden a mis à jour aujourd’hui sa liste des programmes fédéraux inclus dans son initiative Justice40, un document qu’il a d’abord partagé avec The Verge. Le président Joe Biden a lancé le programme Justice40 par décret en 2021. Il stipule que les “avantages globaux de certains investissements fédéraux doivent bénéficier aux communautés défavorisées marginalisées, mal desservies et surchargées par la pollution”. Pour être clair, cela ne signifie pas que 40 % du financement sera destiné à ces groupes, mais seulement les “avantages” (plus d’informations à ce sujet plus tard).

La liste des programmes fédéraux couverts par l’initiative comprend, pour la première fois, des mesures financées par l’Inflation Reduction Act (IRA) adopté l’année dernière. Au total, les 74 nouveaux programmes de l’IRA représentent 118 milliards de dollars de financement fédéral. Cela comprend des programmes visant à réduire la pollution, à promouvoir les énergies propres et le développement de la main-d’œuvre, à restaurer les habitats, et à aider les communautés à s’adapter aux conséquences du changement climatique, comme des vagues de chaleur plus intenses et des saisons de feux de forêt.

L’IRA prévoit 369 milliards de dollars de nouveaux investissements dans des programmes d’énergie propre et climatiques, le plus grand investissement jamais réalisé par les États-Unis à ce jour. Une grande partie du financement se présente sous forme de crédits d’impôt pour les énergies propres, qui ne seront pas soumis à l’initiative Justice40. En plus d’accélérer le déploiement des technologies d’énergie propre, l’IRA visait également à créer des emplois et à financer des mesures visant à mieux protéger les communautés contre le changement climatique. Les ménages à faible revenu, les Américains de couleur et d’autres groupes qui ont été historiquement marginalisés aux États-Unis ont tendance à être plus exposés aux risques liés à la pollution et aux catastrophes climatiques. “Pendant trop longtemps, les communautés qui ont supporté le poids de la pollution des centrales électriques et des industries ont été exclues et laissées pour compte”, a déclaré John Podesta, conseiller principal du président pour l’innovation et la mise en œuvre des énergies propres et du climat, dans un communiqué de presse.

La liste des programmes de l’IRA représente un total de 118 milliards de dollars de financement fédéral. Elle comprend des programmes visant à réduire la pollution, à promouvoir les énergies propres et le développement de la main-d’œuvre, à restaurer les habitats, et à aider les communautés à s’adapter aux conséquences du changement climatique, comme des vagues de chaleur plus intenses et des saisons de feux de forêt.

L’IRA prévoit 369 milliards de dollars de nouveaux investissements dans des programmes d’énergie propre et climatiques, le plus grand investissement jamais réalisé par les États-Unis à ce jour. Une grande partie du financement se présente sous forme de crédits d’impôt pour les énergies propres, qui ne seront pas soumis à l’initiative Justice40. En plus d’accélérer le déploiement des technologies d’énergie propre, l’IRA visait également à créer des emplois et à financer des mesures visant à mieux protéger les communautés contre le changement climatique. Les ménages à faible revenu, les Américains de couleur et d’autres groupes qui ont été historiquement marginalisés aux États-Unis ont tendance à être plus exposés aux risques liés à la pollution et aux catastrophes climatiques. “Pour trop longtemps, les communautés qui ont supporté le poids de la pollution des centrales électriques et des industries ont été exclues et laissées pour compte”, a déclaré John Podesta, conseiller principal du président pour l’innovation et la mise en œuvre des énergies propres et du climat, dans un communiqué de presse.

De nombreuses actions visant à mettre fin à ces disparités sont déjà en cours. Le programme de rénovation verte et résiliente du Département du logement et du développement urbain, par exemple, est l’un des programmes financés par l’IRA qui fera désormais partie de l’initiative Justice40. Jusqu’à présent, il a accordé à 1 500 ménages à faible revenu 100 millions de dollars pour des rénovations visant à rendre leurs logements plus économes en énergie et plus résilients face au changement climatique.

L’initiative Justice40 tiendra désormais l’ensemble des programmes de l’IRA et autres programmes responsables de s’assurer que les communautés ayant le plus besoin du financement fédéral reçoivent au moins 40 % des avantages. Il y a eu des désaccords sur la façon dont l’initiative décide qui est “défavorisé” et ce qui compte comme “avantage”. L’administration Biden a créé un outil de suivi du climate et de la justice économique pour aider les agences fédérales à identifier les communautés potentiellement défavorisées en fonction de la quantité de pollution à laquelle elles sont exposées et de certains facteurs socio-économiques. Toutefois, les données démographiques raciales ne sont pas incluses dans la méthodologie de l’outil, ce qui a suscité une vive réaction cette année, étant donné que de nombreuses communautés de couleur sont affectées de manière disproportionnée par la pollution et les catastrophes “naturelles”. Les Afro-Américains devraient subir des impacts plus graves du changement climatique, notamment des températures extrêmes, des inondations et une mauvaise qualité de l’air, par rapport à d’autres groupes démographiques, selon un rapport de l’EPA de 2021.

La manière dont les 40 % d'”avantages” de chaque programme fédéral sont calculés peut également varier d’une agence à l’autre. Cela ne signifie pas nécessairement que 40 % de l’argent est remis aux communautés. Il pourrait s’agir plutôt du pourcentage de polluants réduits ou d’espaces verts créés, par exemple.

What do you think?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

La nouvelle fonctionnalité de mode compact pour les appareils Windows est désormais disponible sur l’application Xbox.

Microsoft Paint intègre un générateur de texte vers image alimenté par DALL-E dans Windows 11