in

Selon une étude, les produits de défrisage capillaire augmentent le risque de cancer de l’utérus

[ad_1]

Les femmes ayant fréquemment recours à ces produits ont deux fois plus de risque que les autres de développer un cancer de l’utérus, indique une étude publiée ce lundi.

Les produits de défrisage utilisés pour lisser les cheveux, notamment par les femmes noires, font courir un risque accru de cancer de l’utérus (notamment cancer de l’endomètre, à ne pas confondre avec le cancer du col de l’utérus), selon une nouvelle étude des Instituts américains de santé.

“Nous estimons que 1,64% des femmes n’ayant jamais utilisé de produit de lissage capillaire auront développé un cancer de l’utérus d’ici leurs 70 ans, mais pour des utilisatrices fréquentes, ce risque augmente à 4,05%”, a déclaré dans un communiqué Alexandra White, auteure principale de cette étude, publiée dans le Journal of the National Cancer Institute.

“La multiplication par deux de ce taux est inquiétante”, a-t-elle ajouté, mais “il est important de replacer cette information dans son contexte, le cancer de l’utérus est une forme de cancer relativement rare.” Il représente environ 3% des nouveaux cas de cancer aux États-Unis.

Une étude sur 11 ans

L’étude se fonde sur les données de près de 33.500 Américaines, suivies sur quasiment 11 années. “Parce que les femmes noires utilisent des produits de lissage ou de défrisage plus fréquemment et ont tendance à commencer plus jeunes (…), ces résultats pourraient être particulièrement intéressants pour elles”, a souligné Che-Jung Chang, co-auteure de ces travaux.

Dans le cadre de cette étude, environ 60% des femmes ayant déclaré utiliser des produits de défrisage dans l’année passée s’identifiaient comme noires.

Par rapport à d’autres produits de beauté, les produits de défrisage pourraient favoriser l’absorption des produits chimiques via des lésions ou brûlures causées sur le cuir chevelu, ou par l’utilisation conjointe de fers à lisser dont la chaleur décompose les produits chimiques, note l’étude.

De précédents travaux utilisant une cohorte de femmes similaire avaient déjà soulevé un lien entre produits défrisants et risque accru de cancer du sein. Mais les chercheurs soulignent que davantage de recherches sont nécessaires afin de déterminer spécifiquement quels produits peuvent être liés à un risque accru de cancer.

[ad_2]

What do you think?

Written by Barbara

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Dans le massif alpin du Bargy, l’abattage de bouquetins pour « éradiquer la brucellose » dénoncé par des ONG

Le plus puissant sursaut gamma jamais détecté a balayé la Terre