in

Mars est au plus près de la Terre et va disparaître du ciel le 8 décembre



C’est un événement rare qui sera visible partout en France, à l’œil nu sans difficulté, et aussi en pleine ville : une occultation de Mars par la Lune. La Planète rouge va alors disparaître sous vos yeux durant de longues minutes. Quelques jours avant, le 1er décembre, Mars sera au plus près de la Terre.

Le beau point orangé que vous voyez briller au-dessus de l’horizon est, nord-est en début de soirée en ce moment, c’est Mars. Notre voisine luit entre les deux cornes du Taureau et commence à glisser vers celle de droite (à l’ouest) pour début décembre. Comme cette constellation monte haut dans le ciel nocturne, c’est un avantage pour l’observation de la Planète rouge dans un instrument (lunette, télescope) dans la nuit, car la turbulence atmosphérique y est plus faible que plus bas, près de l’horizon.

Ce jeudi 1er décembre, Mars sera au plus près de la Terre, à quelque 81,4 millions de kilomètres. Ce n’est pas aussi près qu’il y a quelques années, en 2003, lors du rapprochement exceptionnel entre nos deux planètes de 56 millions de kilomètres, mais c’est mieux que pour les plus distants, qui nous en éloignent jusqu’à plus de 100 millions de kilomètres. Ces variations sont dues à l’orbite elliptique de Mars autour du Soleil.

Mars éclipsée par la Lune

Le Soleil justement, Mars y sera opposé une semaine plus tard, le 8 décembre, au moment de son occultation. Autrement dit, la planète sera parfaitement alignée avec la Terre et notre Étoile, mais ne sera pas visible à cet instant précis. Bien sûr, vous pourrez l’admirer tout au long de la nuit avant l’événement, toujours dans le Taureau, et en position à mi-chemin entre l’étoile El Nath, qui brille à la pointe de la corne ouest, et Aldébaran, l’œil du Taureau.

C’est donc en fin de nuit (nuit du 7 au 8 décembre) que la Lune va lui passer devant, et la faire disparaître pendant environ 1 h 30. Une occultation rare, à ne pas manquer dès 6 h 30 du matin, et qui s’achèvera à l’opposé des lueurs flamboyantes de l’aube, quelques minutes avant le lever du Soleil. Il faudra plusieurs secondes à la Lune pour engloutir complètement Mars. C’est un spectacle magnifique qu’il sera possible de suivre à l’œil nu partout en France, et dans une grande partie du nord et de l’ouest de l’Europe (voir carte), et sans difficulté en pleine ville, à condition que l’horizon nord-ouest soit dégagé.

Un moment de grâce que beaucoup de photographes ne manqueront sous aucun prétexte, et bien sûr, les astronomes amateurs débutants ou confirmés. Dans un télescope, vous pourrez deviner des détails de la surface martienne, comme ses masses sombres caractéristiques. Notez que c’est au bord de l’une d’elles que se trouve le cratère Gale, et donc le rover Curiosity, pile face à nous et quasiment au centre du disque rouge de Mars, peu avant l’occultation (voir carte de Mars pour le 8 décembre à 7 h ci-dessous). Une occasion de penser à lui et saluer son travail, ainsi que celui de Perseverance, de l’autre côté.

Mars va donc être éclipsée par une Pleine Lune incomparablement plus éblouissante. Cela ne comporte aucun risque pour les yeux, mais le contraste sera éclatant. Quand vos yeux se seront habitués à son éclat, vous aurez alors tout le loisir d’admirer le limbe lunaire et ses reliefs écrasés par la lumière vive du Soleil. Comme la Lune est pleine, il n’y a quasiment pas d’ombre projetée au sol qui nous aiderait à sentir avec nos yeux les aspérités de sa surface.

Mars : des images à couper le souffle de sa surface prises par une sonde chinoise

Cet événement se produit un mois après le précédent, différent, mais magnifique, et auquel les Européens ont malheureusement échappé : une éclipse totale de la Lune avec en bonus une occultation d’Uranus, un monde lointain et froid, à la lueur bleu turquoise, beaucoup plus grand que Mars et la Terre.

 

What do you think?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

il se mutile les parties génitales dans son sommeil

Sophie Adenot est la nouvelle astronaute française de l’Agence spatiale européenne et succède à Thomas Pesquet