in

Brigitte Autran, présidente du Covars, affirme qu'”il y a un problème avec le paracétamol”

[ad_1]

Avec la recrudescence exceptionnelle de cas de Covid-19 en Chine, le pays, principal exportateur de paracétamol, pourrait réserver ses médicaments à sa population.

“Une épidémie d’une ampleur terrible.” Brigitte Autran, présidente du Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires (Covars), a confirmé que, dans un contexte d’explosion des contaminations au Covid-19 en Chine, “il y a un problème de paracétamol en France”.

Beaucoup de médicaments, dont le paracétamol, sont fabriqués dans des usines chinoises et certaines d’entre elles ont arrêté les exportations et réservé – à la demande de Pékin, selon plusieurs médias comme RTL – leurs médicaments aux patients chinois.

Mais ces tensions d’approvisionnement durent depuis plusieurs semaines, avant même la levée de la stratégie “zéro-Covid”, début décembre, par la Chine.

Une réaction européenne?

D’après Brigitte Autran, des difficultés d’approvisionnement ne se font pas ressentir qu’en France, mais “dans toute l’Europe”.

“J’espère que toutes les mesures qui sont développées en Europe pour essayer de s’autonomiser vont devenir efficaces”, a précisé la présidente du Covars, anciennement Conseil scientifique.

Même si le président de la République a décidé de “monter des usines de paracétamol en France” pour que le pays soit autonome. Celles-ci ne verront le jour qu’en 2024-2025, a ajouté l’immunologue.

Des difficultés d’approvisionnement depuis plusieurs semaines

Mi-décembre, le ministère de la Santé avait indiqué que les tensions d’approvisionnement touchant les formes pédiatriques de paracétamol et de certains antibiotiques devraient persister encore quelques semaines au moins, le temps que les mesures prises par les autorités sanitaires portent leurs fruits.

Pour le paracétamol, la situation était toujours “complexe”, et allait prendre “un peu de temps pour se normaliser sur les formes pédiatriques”, avait indiqué le ministère de la Santé lors d’un point presse. Sur les autres formes pour adultes, “la situation est devenue plus confortable”, précisait-t-il.

[ad_2]

What do you think?

Written by Barbara

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Washington explique se baser “sur la science” pour imposer un test aux voyageurs venant de Chine

Brigitte Autran, présidente du Covars, estime que Pékin à “ouvert la boîte de Pandore”