in

voici les régions les plus touchées



L’Agence européenne de l’Environnement vient de publier un nouveau rapport sur la pollution en Europe : 96 % des villes européennes dépassent les seuils dangereux de pollution aux particules fines, un polluant connu pour être un facteur de cancers.

Même si les émissionsémissions des principaux polluants ont fortement baissé au cours des 20 dernières années, la qualité de l’airair reste globalement mauvaise sur la majeure partie de l’Europe, rappelle l’Agence européenne de l’Environnement. Publié le 24 novembre dernier, son nouveau rapport se base principalement sur des données de 2020 et des relevés provisoires de 2021. Au cours de ces deux dernières années, 96 % de la population urbaine en Europe a été exposée à une pollution aux particules qui dépasse les seuils fixés par l’Organisation mondiale de la SantéOrganisation mondiale de la Santé.

La pollution de l’air reste le plus grand risque environnemental pour la santé en Europe. L’organisme estime en effet que 238 000 décès prématurés ont été causés par cette pollution dangereuse dans l’Union européenne : la pollution aux particules est directement responsable de maladies cardiovasculaires, de cancers du poumoncancers du poumon, de problèmes respiratoires multiples, ceux-ci réduisant fortement l’espérance de vieespérance de vie chez les individus vivant en zone urbaine. Malgré la baisse temporaire liée aux confinements et restrictions pendant la période de la Covid-19Covid-19, les taux de pollution relevés restent encore trop hauts.

Pollution de l’air : quelles sont les régions les plus touchées d’Europe

Une pollution alarmante sur les pays méditerranéens et en Europe de l’Est

Quels sont les pays les plus pollués d’Europe ? La pollution aux particules PM10 est la plus élevée dans le sud de l’Europe : Italie, Bosnie, Serbie, Macédoine, Bulgarie et Turquie. La France reste globalement sous les seuils, à l’exception de la région parisienne et du département du Nord.

La pollution aux particules PM 2.5 touche principalement le nord de l’Italie, la Pologne, la Tchéquie, la Slovaquie, la Bosnie, le Kosovo, la Turquie et la Grèce. Les seuils de dangerosité pour la santé sont aussi légèrement dépassés en France (Paris, Hauts-de-France, Rhône, littoral méditerranéen), en Belgique, en Espagne, en Allemagne et aux Pays-Bas. Rappelons que la pollution aux particules fines provient des transports, de l’industrie et l’agriculture, ainsi que du chauffage résidentiel et de la cuisine.

La pollution à l’ozoneozone, issue du trafic routier et des activités industrielles, baisse nettement, mais reste encore bien trop élevée en Europe centrale et sur les pays méditerranéens. Le dépassement des seuils de pollution à l’ozone est atteint sur quasiment toute l’Europe : les plus hauts niveaux sont relevés au nord de l’Italie, puis sur l’est de la France ainsi qu’à Paris, en Allemagne, Belgique, Autriche, Pologne, Espagne, Portugal, Turquie, Grèce et Bosnie. Une partie de cette ozone provient de l’extérieur de l’Europe, et est transportée par les grands courants en altitude.

Paris est l’une des villes les plus polluées d’Europe

Concernant les autres grands polluants moins présents, le dioxyde d’azoteazote est essentiellement répandu dans les grandes villes très urbanisées, beaucoup moins ailleurs. Paris détient le niveau de pollution au dioxyde d’azote le plus élevé d’Europe, suivi de Cracovie en Pologne et de Munich en Allemagne. En France, Italie et Espagne, la pollution au dioxyde d’azote a réussi à chuter de 70 % lors du printemps 2020, avant de remonter progressivement ensuite.

Autre polluant présent en Europe, le benzopyrène, l’un des plus cancérigènes. Il provient principalement de la combustioncombustion du charbon et du bois et son taux explose les seuils sur l’ensemble de la Pologne, ainsi que sur une partie de la Slovaquie, Bulgarie, Autriche, Italie, Croatie, mais aussi en France uniquement sur le département de la Moselle.

Malgré ces mauvais résultats, la pollution en Europe ne cesse de baisser depuis 2005, mais ce nouveau rapport de L’Agence européenne de l’Environnement montre que les grandes villes européennes, dont Paris, doivent nettement accentuer leurs efforts pour garantir de meilleures conditions atmosphériques à leurs habitants.  

What do you think?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Le spectre d'une nouvelle vague de Covid ressurgit en France

Les rêves essayent-ils de nous envoyer un message ?