in

Netflix vise 40 millions d’utilisateurs pour son offre avec publicité



Netflix table sur 40 millions d’utilisateurs dans le monde pour sa nouvelle offre, qui pourrait être lancée début novembre en France, d’ici le troisième trimestre 2023.

Netflix affiche ses ambitions. Le géant du streaming espère atteindre environ 40 millions de téléspectateurs dans le monde, à l’horizon du troisième trimestre de 2023, pour son nouveau forfait financé par la publicité. C’est ce qu’indique un document destiné aux professionnels de la publicité qui inclut les projections préliminaires du groupe américain sur le sujet, a rapporté le Wall Street Journal mercredi 14 septembre.

Dans le détail, la société américaine prévoit de fidéliser 4,4 millions de télespectateurs uniques (“unique viewer) à la fin de l’année, dont 1,1 million aux Etats-Unis. L’entreprise dirigée par Redd Hastings envisage ensuite, pour fin 2023, une croissance jusqu’à 40 millions d’utilisateurs répartis dans une douzaine de pays (Brésil, France, Royaume-Uni, Espagne…) dont 13,3 millions aux Etats-Unis.

Ces prévisions pourraient toutefois évoluer, car elles portent sur des utilisateurs individuels. Or, plus d’une personne dans un foyer serait susceptible de regarder le service. Autre facteur: le groupe, qui revendique 222 millions d’abonnés à son service dans le monde, précise qu’aucune décision n’a été prise quant à la date de lancement de ce nouveau forfait qui pourrait être anticipée.

En quête de nouveaux abonnés

En effet, dans un article publié jeudi 1er septembre, le média Variety annonçait que ce service à prix réduit pourrait finalement être disponible dans plusieurs pays (États-Unis, Canada, Royaume-Uni, Allemagne, France…) dès le 1er novembre 2022. Netflix envisageait au départ un lancement pour le début de l’année 2023. Netflix avait créé la surprise en dévoilant cette offre moins chère avec publicité.

Dans un contexte où la concurrence s’est accrue et confrontée à une baisse de son nombre d’abonnés – près d’un million au cours du deuxième trimestre – la société fait le pari qu’un service moins coûteux, financé par la publicité peut attirer de nouveaux clients et augmenter ses revenus.

Avec ce type de forfait, l’entreprise rejoint certains de ses rivaux tels que HBO Max et Disney+ qui ont déjà lancé, ou envisagent de le faire, des services financés par la publicité pour engager de nouveaux abonnés.

What do you think?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Une ancienne lune de Saturne aurait fait basculer la planète géante et crée ses anneaux

Un des premiers écologistes québécois dénonce les «éco-vedettes»