in

Lufthansa interdit les AirTags, les balises Apple permettant de localiser ses bagages



La compagnie aérienne n’autorise plus ses passagers à accrocher des balises AirTags sur leurs bagages. La fonction de transmission des appareils de géolocalisation d’Apple serait dangereuse en vol.

L’été a été rythmé par la découverte de bagages retrouvés grâce aux balises de géolocalisation. Pourtant, la compagnie aérienne Lufthansa a fait le choix d’interdire les AirTags d’Apple. S’appuyant sur les recommandations de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), l’entreprise allemande qualifie ces appareils comme dangereux. Ils doivent donc être éteints avant d’être placés en soute.

Une perturbation du bon fonctionnement des avions

Alors que la rumeur commençait à enfler sur les réseaux sociaux, un utilisateur de Twitter a posé directement la question à l’entreprise. La compagnie aérienne a ainsi confirmé l’interdiction de ces appareils: “Lufthansa interdit les AirTags activés dans les bagages car ils sont classés comme dangereux et doivent être désactivés.”

Contactée par Tech&Co, la compagnie aérienne Lufthansa a confirmé l’interdiction de l’ensemble des appareils de géolocalisation. En cause, l’émission de fréquences – pour situer les objets auxquels ils sont attachés – qui perturberaient le bon fonctionnement des avions. “Nous ne faisons que suivre les recommandations de l’OACI”, assure un porte-parole à Tech&Co. Pour l’heure, l’entreprise n’a en revanche pas précisé à quel texte elle faisait précisément référence.

Embarras face aux bagages égarés?

Pourtant, les arguments de l’entreprise allemande ne seraient pas recevables selon le site AppleInsider, qui a consulté plusieurs spécialistes du secteur aérien. D’abord, la réglementation invoquée par la compagnie aérienne ne s’appliquerait qu’aux appareils plus imposants, tels que les MacBook. Ensuite, un AirTag n’utilise pas de batterie lithium-ion, visée par la réglementation, mais uniquement une pile bouton.

Le média spécialiste des produits de la marque américaine assure également qu’en cas d’interdiction des AirTags, les montres connectées, qui utilisent le même type de cellules pour fonctionner, devraient elles-aussi être interdites. Or elles ne le sont pas. Selon ces experts, l’interdiction pourrait être liée à l’embarras de la compagnie aérienne lors des pertes de bagages équipés d’un système de géolocalisation.

Depuis la sortie des AirTags, au printemps 2021, de nombreux clients ont pris pour habitude de glisser l’accessoire dans leur valise, afin de la localiser en temps réel en cas de perte. Sur les réseaux sociaux, les publications d’internautes mettant en cause le suivi des compagnies aériennes, accompagnées de captures d’écran de la localisation de leurs bagages se sont multipliées, mettant parfois à mal la communication de ces dernières.

What do you think?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

SpaceX propose à la Nasa de prolonger la vie d’Hubble

le conflit s’enlise chez TotalEnergies